MIEUX RANGER, LA CLEF DE NOTRE BIEN-ÊTRE : LA MÉTHODE KONMARI

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Selon la Japonaise au patronyme très frenchy Marie Kondo, s’adonner à l’art du rangement et du tri permet de mettre de l’ordre dans nos têtes en même temps que dans nos intérieurs. Son nom ne vous dit rien ? Pourtant, KonMari, sa méthode de rangement, a déjà fait –plusieurs fois– le tour du monde. On vous donne un aperçu avec ces cinq préceptes à suivre pour mieux ranger vos placards, vos émotions… et votre vie.

Lorsque vous rangez votre maison, vous mettez également de l’ordre dans vos affaires et votre passé” écrit Marie Kondo, “consultante en rangement”, dans son best-seller La magie du rangement, initialement publié (et sans cesse réédité depuis) en 2011. Vendu à 2,5 millions d’exemplaires et traduit en six langues, ce succès a fait de la trentenaire une gourou du bien être avec 548 k abonnés sur Instagram (@mariekondo). Elle va même avoir droit à sa série sur Netflix ! Désormais à la tête de sa propre entreprise, qui compte des centaines de consultants à travers le monde, Marie Kondo s’est installée à Tokyo où elle intervient personnellement auprès des clients qui souhaitent qu’elle transforme leur maison en véritable havre de paix.

Soyez heureux, rangez !

Rappelons néanmoins que si Marie Kondo l’a rendu hype, l’art de ranger, et ses bienfaits, sont connus depuis des millénaires grâce au feng shui, “vent” et “eau” en chinois. Ou l’art ancestral de faire circuler l’énergie vitale (chi) dans son intérieur pour produire harmonie et abondance. D’ailleurs, selon les psychanalystes, notre espace de vie peut en dire long sur notre personnalité profonde. “Quand on est perturbé, on est désordonné parce que l’on ne parvient pas à constituer d’espaces distincts, ni dans sa maison, ni dans son esprit” explique ainsi le psychanalyste Alberto Eiguer dans une interview au magazine Psychologies avant de tempérer : “être désordonné ne signifie pas forcément être perturbé”.
De manière plus prosaïque, on déteste tous trier et ranger car ça signifie souvent se départir de tous ces objets ou vêtements que l’on est convaincu d’utiliser “un jour”.
Or la méthode KonMari nous demande de voir au-delà du matériel pour être capable de se défaire de poids inutiles, en insistant sur le relationnel entre l’objet, l’espace et son possesseur. On commence ? Voici cinq leçons extraites du livre La magie du rangement, aussi simples qu’efficaces.

1 – On analyse son envie de rangement

On se pose les bonnes questions : pourquoi ce besoin d’ordre ? À quel mode de vie aspire t-on réellement et comment peut-il nous rendre heureux ? Est-on suffisamment motivé pour se tenir à cette résolution ? Analyser ces points permettra d’éviter un malheureux effet rebond et devrait nous permettre de rester ordonné pour la vie… ou presque.

2 – On y va mollo (et on s’organise)

Non, on ne réussira jamais à ranger toute sa vie, qu’elle tienne dans 35 ou 200m2 en une soirée, voire en une journée. On planifie le grand chambardement: on n’hésite pas à étaler le rangement sur une ou plusieurs semaines, voire six mois si le temps nous manque. Première règle : on ne flanche pas. On se donne une heure tous les jours (avant ou après le boulot). On peut aussi choisir de s’y mettre en famille, le week-end, en aménageant des horaires et des tâches pour chacun.

3 – Trier, trier, trier

Qui dit “rangement”, sous-entend forcément “débarras”. Et pour plus d’efficacité, on trie par catégorie et non par pièce : les vêtements, objets divers, livres, papiers et objets à valeur sentimentale… Pour mieux trier, on pense à la dernière fois que chaque objet nous aura été utile. C’était il y’a plus d’un an ? Alors on le jette, sans oublier de le remercier pour son usage passé : c’est le côté un peu new age de la méthode !

4 – Savoir garder l’essentiel ou “comment ressentir l’étincelle de joie”

Ce précepte peut sembler étrange, mais Marie Kondo insiste. Si un objet n’apporte aucune joie, il n’a rien à faire chez nous. Pour déterminer si on doit garder ce bibelot rapporté d’un voyage ou cette lampe à faire réparer, elle propose de le tenir et d’analyser ce qu’on ressent. Comme ce petit pincement au cœur quand on tient le collier de notre grand-mère disparue, ou quand on admire le premier dessin de notre petit. L’étincelle est là, alors on le garde.

5 – On (ré)apprend à plier

C’est le cinquième pilier de la méthode. Selon Marie Kondo, plier ses vêtements est un moment particulier qui permet de se recentrer sur soi-même. Pour que tout soit parfaitement exécuté, elle conseille de ranger ses vêtements de façon verticale plutôt qu’à plat. Pourquoi ? Pour pouvoir en visualiser l’intégralité d’un coup d’œil  et faciliter son choix. Exactement comme des livres dans une bibliothèque.

Lien vidéo expliquant la méthode de pliage KonMari par la youtubeuse LilieNetwork :

Pour approfondir : www.konmari.com

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.