HUMEUR-ÉLOGE FUNÈBRE : RIP KANYE WEST

Kanye West, pourtant un utilisateur parcimonieux des réseaux sociaux, semble atteint d’une véritable diarrhée “twitterienne” depuis quelques semaines : tweets de soutien à Donald Trump, publication –pathétique- de captures d’écran de ses conversations privées avec John Legend, et messages qui se veulent prophétiques… Cette logorrhée lui a valu une multitude de réactions moqueuses et/ou indignées. Anonymes et stars, chacun y est allé de son tweet. La palme revient à Britney Spears qui a posté, il y a quelques jours : “Kanye a définitivement atteint le stade ‘Britney Spears 2007’, drôlement triste”. Bref, Kanye semble s’éteindre tout doucement… J’ai donc décidé de lui rendre un petit hommage.  

Let’s have a toast for the douchebags !

On dit que “les meilleurs partent toujours les premiers”, et cette semaine malheureusement, Kanye a donné raison à l’adage… Cet artiste hors normes était si jeune, si plein de promesses et de génie, il pouvait sortir encore tant de hits !  Il nous manquera, d’ailleurs, il nous manque déjà, comme le dit Meek Mill dans son post Instagram.  “Old Kanye”. Le Kanye du College Dropout qui nous a fait danser jusqu’à la distorsion avec The New Work Out Plan, qui nous a rendu hystériques à Bercy quand les notes de Flashing Lights commençaient, qui a déchaîné les passions avec l’inoubliable  Jesus Walks, qui nous a fait douter avec le violent et bizarre Yeezus, il faut l’avouer –et pourtant, avec le recul , c’est l’un de ses meilleurs albums. Le Kanye qui nous a fait perdre pied avec Life Of Pablo. L’infatigable Kanye qui s’est réinventé autant de fois que sa femme a posté de selfies.

Time of death

Kanye, ou plutôt “Ye” pour les intimes, pour Jay-Z, son frère de cœur, qui, le premier, a vu arriver la fin. Souvenez-vous, ce concert pendant lequel Kanye s’est interrompu pour interpeller Jay-Z et le supplier de le rappeler et de ne pas le faire assassiner… #WTF   Ce dernier a pris ses distances, certainement pour ne pas souffrir, comme souffrent aujourd’hui ses fans. Comme a souffert Spike Lee qui a lui aussi choisi Instagram, ce mercredi 2 mai, pour interpeller le rappeur : “Slavery ? A choice ? Seriously Kanye ?” (L’esclavage ? Un choix ? Kanye, sérieusement ?)

L’heure du décès peut être précisée. Elle remonte au passage de Kanye sur la chaîne américaine TMZ, la veille, mardi 1er mai : “400 ans d’esclavage ? Cela sonne comme un choix” a-t-il argué. Electrocardiogramme plat, son cœur s’est arrêté. Il avait pourtant essayé de faire la paix avec le public en sortant Ye vs. The People à peine quatre jours plus tôt (oui Kanye, the people ne sont pas très content de ton appui à Trump)… Mais les heartbeats de 808s ne battent plus. Nous avons perdu Kanye, il nous a quitté, a sombré définitivement dans ses Beautiful Dark Twisted Fantasies.

Il ne faut pas être triste, il faut se souvenir du Kanye qui savait sourire, ne faisait pas de mode, sortait avec Amber Rose et portait des lunettes blanches en persiennes. Il nous rassurerait certainement d’un “n’ayez pas peur, les dieux ne meurent pas vraiment”, car, vous le savez : 

Kanye West – I am a God.
https://vimeo.com/123610072

Ce à quoi il faudrait lui répondre :
Wake Up Mr West – Interlude Heard Them Say – Kanye West
https://www.youtube.com/watch?v=oQsc_wSp3m4

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.