AVION : COMMENT VOLER SANS GONFLER

Nous avons beau être habitués à prendre l’avion –le premier vol commercial a plus de 100 ans– notre corps, lui, n’apprécie pas forcément de se retrouver à 30.000 pieds (9000m) d’altitude. Avec des effets secondaires pas glop : jambes lourdes, pieds gonflés, ou encore ventre ballonné. Comment éviter ces déconvenues ? En adoptant des gestes simples, qui vous rendront aussi légère qu’une plume.

Avant le départ :

Moyen ou long courrier, vous vous préparez à être assise dans un espace confiné pour un trajet d’au moins 3 heures. Votre plus grand ennemi ? Le sel. Il faut absolument l’éliminer de son alimentation quelques jours avant le départ. Et ce, quelque soit le nombre d’heures de vol prévues. Car ce condiment est le meilleur ami de la rétention d’eau. En réduire considérablement la consommation, voire le proscrire momentanément, améliorera l’élimination de l’eau de votre organisme.

Si vous faites du yoga, focalisez-vous sur les exercices qui “ouvrent” le bassin, les hanches et le buste et sur ceux qui aident à l’assouplissement des jambes. Vous ne faites pas de yoga ? C’est le moment de vous y mettre, vos voyages en avion ne seront plus les mêmes.

Pendant le vol :

On le sait, une immobilisation prolongée ralentit la circulation veineuse dans les jambes. Or l’altitude, en diminuant la concentration en oxygène dans le sang, empêche également le sang de bien circuler. Moralité : il faut bouger. L’idéal est de faire des allers-retours dans l’avion pendant 5 minutes toutes les 90 minutes. Quant à la manière dont on s’habille, oui, elle est importante. Pas besoin, pour autant, d’y aller en pyjama, comme on le voit trop souvent dans les aéroports ! Il suffit de choisir des chaussures confortables et une tenue ample afin d’éviter l’effet “garrot” sur le corps, et en particulier les jambes. A accessoiriser avec les fameux bas de contention, pas très glam’ certes, mais très efficaces. Les collants étant plus appropriés que les mi-bas, qui peuvent gêner. Allez, faites un effort, ils ne se verront même pas.

Last but not least, parce qu’on ne le répètera jamais assez, veillez à boire un litre d’eau pendant le vol. Et puis, faites aussi l’impasse sur toutes les boissons gazeuses ou alcoolisées, vous gâcheriez tous vos efforts.

En bonus, si vous avez un petit peu de place dans votre bagage à main, emportez un masseur boulier pour la plante des pieds. Sous forme de coussin ou même de semelle, cet outil de réflexologie est magique : il dénoue les tensions et relance la circulation sanguine pour des jambes plus légères.

À l’atterrissage :

Vous arrivez tôt ? Commencez par faire une petite marche autour de votre hôtel ou logement, suivie d’une bonne douche revigorante. Si vous en avez le courage, finissez de vous rincer à l’eau fraîche, effet “dégonflage” garanti. Vous arrivez assez tard ? La douche fraîche vous sera tout aussi bénéfique. Et avant de vous mettre au lit quelques exercices de yoga vous feront le plus grand bien. Enfin, juste avant de céder à Morphée, allongez-vous à l’envers sur le lit, les jambes contre le mur, en hauteur, et faites de petits pas, de bas en haut, comme si vous marchiez sur la cloison. Redoutablement efficace.

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.