INTERVIEW MUSIQUE : POURQUOI MANAL VA TOUT TUER AVEC « SLAY »

Manal Benchlikha ou juste Manal pour ses fans est l’étoile montante — à grande vitesse — de la scène musicale marocaine. Un univers déjà bien à elle, un clip digne des plus grandes et une identité musicale qui fait du bien aux oreilles : rencontre avec une jeune artiste pétillante.

Dès son plus jeune âge, la jeune marrakchie se passionne pour la musique. Son entourage l’encourage à poursuivre ses rêves et c’est ainsi qu’elle se retrouve à tenter l’aventure de Star Academy Liban à 16 ans. Pourtant, elle préfère revenir à la voie classique et persévère. Son travail fini par payer puisqu’à seulement 25 ans, les chiffres parlent pour elle : une chaîne YouTube suivie par plus de 320 000 personnes, des clips qui font désormais des dizaines de millions de vues — dont 16 millions pour Taj sorti il y a 9 mois —, quand son premier titre « Denia », il ne faisait « que » 2 millions de vues il y a tout juste 3 ans. Aujourd’hui elle revient avec Slay, qui signifie familièrement « tout tuer » (avec El Grande Toto). Un titre gorgé d’influences musicales et mode diverses tourné entre bande de copines d’influenceuses (Yasmina Olfi, Zaina Aguenaou, sa sœur Imane, Kawtar Bamohamed ou bien encore Sara Bnzz) et qui promet de pulvériser ses statistiques habituelles.

Votre dernier titre « Slay », signifie dans le langage courant, impressionner. Que signifie ce mot pour vous ?

« SLAY est un titre qui me tient vraiment à cœur. Je l’ai choisi tout simplement car la chanson traite de la négativité des réseaux sociaux. Nous sommes tous et toutes confronté(e)s au quotidien à la méchanceté gratuite, le jugement, la jalousie quand ça n’en arrive pas à la haine. Lorsque l’on devient une personne publique comme moi, la rage de certains followers et fans peut vite devenir pesante. Cette chanson a pour but d’encourager celles et ceux à qui ça peut arriver. À l’ère où les réseaux sociaux règnent, tout le monde fait face à la critique, il faut savoir la dépasser. Et en l’occurrence, adopter cette attitude, celle de “Slay”, aide. »

Beyonce I Slay GIF - Find & Share on GIPHY

3 Millions de vues en 5 jours pour le clip de Slay, ça vous impressionne ?

« Oui ! C’est magnifique ce qui arrive. Les gens partagent le clip partout et elle a vraiment l’air de plaire. Évidemment, j’en suis très heureuse. La vidéo est également placée numéro 1 du trending YouTube au Maroc et 21 en France. C’est extraordinaire, et être une artiste marocaine qui exporte sa musique me touche particulièrement. J’aime que l’on voie qu’il se passe des choses sur notre scène musicale. »

Comment avez-vous abordé ce tournage pour que votre univers, déjà bien précis, soit retranscrit ?

« J’ai écrit le scénario du clip, mais j’avais vraiment du mal à m’imaginer ce que ça allait pouvoir donner à l’image. Pour matérialiser ce que j’avais dans la tête, mon équipe m’a beaucoup aidée. Concrétiser tout ça nécessitait d’être guidée et conseillée correctement surtout pour la partie détails techniques, que je ne maîtrise pas. C’est ce qu’ont fait Saïd et Mamoun Naciri de Corner films, leurs contributions ont donné à vie à mes idées et leur aide m’a été précieuse. »

Vous avez fait vous-même le stylisme. Quelle place tient la mode dans votre travail ?

« Une place très importante. Comme pour mes amies, toutes fashion addicts que j’ai invitées dans ce clip : Yasmina, Zaina, Kawtar, ou ma sœur Imane pour ne citer qu’elles. On s’est entendu sur ce que je voulais avoir comme rendu par rapport aux couleurs, au style très street mais chic à la fois. Je tenais à ce que la vidéo soit colorée et harmonieuse tant au niveau des tenues que des décors. J’accorde énormément d’importance à l’esthétique. »

Qui dans l’industrie de la mode vous inspire le plus ? Pourquoi ?

« Je dirais Elie Saab. Je trouve que ses créations sont à couper le souffle ! La finesse et le souci du détail des broderies m’épatent. Cependant, je m’habille d’une manière totalement différente (rires). J’adore être en oversized, pour allier le style au confort. »

Et dans celle de la musique ?

« J’écoute beaucoup de rap, donc majoritairement des rappeurs. Je suis une très grande fan de El Grande Toto. Qu’il collabore avec moi sur ce titre est une vraie joie. »

Dans le clip, il y a une scène où l’on voit Yasmina Olfi tenter d’empoisonner Zaina Aguenaou. Vous pensez que les femmes manquent de solidarité entre elles ?

« Évidemment !!! Les femmes peuvent être extrêmement vicieuses entre elles, c’est vraiment très malheureux. La majorité des critiques que je vois passer à mon sujet émanent de femmes, ce n’est pas que cela me touche plus, mais je le remarque. Pourtant, mes chansons tentent de les mettre en avant, les élever, parler de leurs libertés… C’est surtout dommage, car beaucoup de barrières tomberaient bien plus vite si nous étions plus unies. »

Votre définition du féminisme en 2018 serait ?

« Le féminisme en 2018 passe par l’activité, pour ne pas dire l’activisme. L’indépendance, et se donner les moyens de pouvoir faire ses propres choix. »

Si vous deviez choisir une figure du féminisme, ce serait ?

« Ma maman, sans la moindre hésitation. Elle a fait de moi celle que je suis. M’a appris à faire mes propres choix, les assumer, dire non quand il le faut. Élever une enfant dans les valeurs de confiance en soi et d’indépendance, ça passe surtout par là, le féminisme. »

Où vous voyez-vous dans 10 ans ?

« Je m’espère heureuse, déjà. Où, je ne sais pas, mais entourée de ma famille, des gens que j’aime et si la chance m’en est donnée, de rester dans le monde de la musique. »

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.