NOUVELLE PÂTISSERIE CASABLANCA : LA MADELEINE DE PROUST D’AYA BELKAHIA

À Casablanca, si les pâtisseries sont légion, celle qu’ouvre aujourd’hui Aya Belkahia est certainement la cerise sur le gâteau. Baptisée Madeleine de Proust, la pâtisserie et salon de thé de la cheffe pâtissière qui a fait ses armes à l’hôtel de Crillon à Paris après une formation à l’école du Cordon Bleu, met les petits plats dans les grands. Visite guidée, et dégustation.

 

 Après le lancement de son discret atelier de douceurs qui a rencontré un franc succès, la créatrice de gourmandises ouvre sa première boutique, pâtisserie et salon de thé intimiste. Au menu ? Créations gourmandes exclusives, entre entremets, tartes et macarons dans un décor aux accents british.

Ainsi, en entrant chez Madeleine de Proust, on découvre un espace petit, très intime, auquel la hauteur sous plafond donne une certaine prestance. Au fond, le papier peint en trompe-l’œil donne l’impression d’un mur en béton vieilli qui aurait été repeint en blanc et doré. Il est accessoirisé d’appliques chinées, comme beaucoup de petits accessoires du salon de thé, à l’instar des poignées de portes. Au sol, posés en chevron, deux marbres opposés, l’un blanc, et l’autre noir. Les tables carrées de marbre gris, monté sur des pieds de laiton font face à des assises dépareillées de velours rose pâle, blanc cassé, vert ou noir. Les fleurs du papier peint texturé signé Lacroix font écho aux coussins confortables des banquettes. Le résultat ? Une ambiance cosy et sereine où chaque détail semble avoir été pensé avec amour.

Sur les étals, on retrouve à la vente les créations maison de confitures bio, chutney de figues, caramel beurre salé ou encore 5 variétés différentes de miel. Le plus ? Madeleine de Proust propose en exclusivité à Casablanca, les thés mariage Frères.

À la carte comme à la vente, outre les classiques de la cheffe, on trouve une spécialité bien à elle : les viennoiseries salées. Elle imagine avec raffinement un escargot duxelles de champignon, truffe et pecorino ou bien encore une lunette pesto de basilic, speck fumé, scarmoza et parmesan. Dreamy !

Questionnaire de Proust d’Aya Belkahia

Si la vertu était un gâteau ?

« C’est drôle de s’imaginer la vertu en pâtisserie. Je dirais le fraisier. J’adore ce gâteau, il est pur, généreux, sans chichi. On a beau le revisiter, lui donner un glaçage velours rouge ou le réinventer à l’infini, il ne cache rien. En le découpant, on sait à quoi s’attendre, il inspire la confiance. »

Si l’homme idéal était une pâtisserie ?

« Je crois que ça serait ma création, le Duplo. Je ne l’avais jamais imaginé comme ça mais on peut faire ce parallèle. Une base croustillante, la douceur de la ganache que l’on découvre une fois seulement que l’on a cassé le craquant du chocolat qui l’enferme. Au final, le résultat est orgasmique. »

Votre idée du bonheur ?

« Cela peut paraître cliché, mais si mes créations pouvaient transmettre une belle émotion, rappeler à ceux qui les goûtent un souvenir, j’aurais réussi mon pari. C’est aussi pour ça que j’ai choisi Madeleine de Proust comme nom, j’aime l’idée qu’une pâtisserie transporte. »

Qui seriez-vous, si vous deviez être quelqu’un d’autre ?

« C’est une question perturbante. Je me la pose souvent, dans mes moments de remise en question, lorsque je doute de mes choix. Et dans ces moments-là, j’aimerais être un jeune commis dans une brigade de pâtisserie, dont la passion est encore vive. J’aime toujours autant mon métier et il me passionne toujours autant, mais c’est comme en amour, il arrive de se sentir nostalgique des débuts, des instants de séduction. »

Quelle est votre plus grande Madeleine de Proust ?

« Le gâteau russe, qui est une succession extrêmement fine de disques de biscuit et de crème au beurre. C’est mon grand-père qui vivait à Marrakech et m’en apportait un chaque fois qu’il nous rendait visite à Casablanca qui me l’a fait découvrir. Il l’achetait chez Mirgon, une institution de la Ville Ocre. C’est d’ailleurs lui qui est à l’origine de mon activité, et du nom Madeleine de Proust. »

Ouvert du lundi au dimanche
De 7 h 30 à 20 h 30
Angle Boulevard Abdellatif Ben Kaddour et rue Mozart, Racine, Casablanca
Tél. : +212 5 22 39 55 67

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.