HASSAN HAJJAJ EXPOSE CHEZ COLETTE

Exposer chez Colette, temple de la branchitude parisienne et haut lieu de mixité internationale ? Hassan Hajjaj pourra dire qu’il l’a fait ! Et non sans égayer les cimaises du grouillant concept store de la rue Saint Honoré avec les clichés street-pop de sa collection Stylin’. Mixant les codes de la photographie de mode et ceux du mouvement Pop art, l’artiste dépeint avec humour l’évolution de la société marocaine, en voie de développement mais déjà largement influencée par le mode de consommation occidental. L’entourage d’Hassan (artistes, musiciens, créateurs ou simples amis) pose ainsi accoutré de costumes monogrammés Vuitton ou sur des caissons de Coca-Cola. L’artiste explore également l’univers des Sapeurs africains, capables de se saigner aux quatre veines en échange d’un look original. Les clichés – notamment ceux qu’il a réalisés cette année avec un smartphone Huawei P9 à double objectif Leica et qui disent toute l’ironie de la surconsommation moderne – ne sont pas pour toutes les bourses. Colette propose donc également des pots en porcelaine à visages imprimés, des cartes postales et des bombers en soie réversibles réalisés avec le créateur de mode Amine Bendriouich. Une collaboration qui s’est faite naturellement : « Nous nous situons tous les deux entre le monde de la mode et celui de l’art. Encore une fois, ce projet est venu naturellement. Je shootais des maîtres gnaouas et nous voulions tous les deux mettre à l’honneur les gnaouis dans nos bombers », confie l’artiste. Parmi les projets d’Hassan Hajjaj, un documentaire sur l’un des maîtres de ce mouvement musical si populaire au Maroc, preuve que ce sujet lui tient véritablement à cœur, mais aussi une prochaine exposition solo l’an prochain. De quoi présager une année 2017 haute en couleurs !

Hassan Hajjaj chez Colette, du 4 juillet au 27 août.
Les œuvres de Hassan Hajjaj sont en vente chez Colette entre 450 à 20 000 euros.
Colette, 213 rue Saint-Honoré, Paris 1er, France.

Sofia Habib

Benjamine du groupe et passionnée de mode, Sofia rentre au Maroc en 2014 avec en poche un diplôme en communication et relations publiques à l’ESG Paris. Elle se lance alors dans l’entrepreneuriat avec la marque d’accessoires Sista-Sata tout en suivant une formation de styliste modéliste au Collège LaSalle de Casablanca. C’est ensuite que la jeune touche-à-tout rejoint l’aventure Shoelifer en tant que Project Manager. Depuis, elle travaille quotidiennement aux côtés de Sofia Benbrahim et trouve quand même le temps de rédiger quelques news Shopping. En parallèle de ses activités au sein du webzine, Sofia revient à ses premières amours et s’occupe également de la branche événementielle de Shoelifer en participant au processus de création et d’organisation de soirées d’exceptions, de lancements et d’ouverture de nouvelles marques et boutiques.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.