VOYAGE : SUR LES TRACES DE NOS FILMS CULTES !

Envie de pimenter vos vacances ou de faire grimper la température pendant votre honeymoon ? Partez en pèlerinage sur les lieux de tournage des scènes les plus marquantes et les plus hot de vos films cultes.

Rejouez Out of Africa au Kenya 

Pour revivre l’une des plus belles histoires d’amour de la littérature et du cinéma, le côté tragique en moins, on visite l’immense parc national de Tsavo (21.000 km2 au sud du pays) et ses paysages à couper le souffle. C’est là que le véritable Denys Finch Hatton (interprété par Robert Redford dans le film) s’est crashé à bord de son avion alors qu’il s’apprêtait à rejoindre Karen Blixen.
Mais pour revivre un des moments les plus romantiques du film il faut se diriger vers le parc Masai Mara et passer une nuit au Lodge Angama Mara. Il se trouve à deux pas de la colline rocheuse où a été tournée la fameuse scène du pique-nique et il y organise des collations, à l’ancienne (couvertures, paniers, belle vaisselle), avec un guide.
A Nairobi, on visite la maison de Karen Blixen (Meryl Streep dans le film) : elle y a vécu de 1914 à 1931 et plusieurs scènes du film y ont été tournées.

Plus d’infos sur le site du parc Tsavo.

Vallée Village 970×250

La réplique culte :
« Tu es parfaite pour les départs.
– Je me surpasse pour les retrouvailles. »

Déjeunez à New York avec Harry et Sally

Chez Katz’s Delicatessen institution réputée pour ses sandwichs au corned-beef et au pastrami afin d’y revivre un moment d’anthologie : quand Sally (Meg Ryan) simule un orgasme en plein déjeuner devant un Harry (Billy Crystal) gêné et une assemblée médusée. Une cliente finit par dire : « Je prendrais ce qu’elle a commandé ». Pour l’anecdote, il y a depuis, à l’endroit même où la scène a été tournée, une plaque qui signale : « Où Harry a rencontré Sally… Espérons que vous aurez ce qu’elle a eu ».

Katz’s Delicatessen : 205 E. Houston Street, New York City.

La réplique culte :
« Je suis venu te voir, parce que quand on réalise qu’on veut passer le reste de sa vie avec quelqu’un, on veut que le reste de sa vie commence le plus tôt possible. »

Week-end nostalgie en Virginie sur les pas de Dirty Dancing

A défaut d’avoir pu danser en live sur The time of my life avec Patrick Swayze, on s’offre un week-end au Moutain Lake Hotel à Pembroke : c’est la fameuse pension Kellerman dans le film ! A faire en couple pour revivre les prémices d’une des passions les plus vibrantes et sexy du ciné, celle de Johnny et Baby! Les plus chanceux auront la possibilité de loger dans le bungalow occupé par l’héroïne et sa famille, ce fameux été 1963. Bon à savoir : pour les accros, l’hôtel propose des week-ends Dirty Dancing avec cours de danse, jeux-quizz et lancer de pastèques.

Plus d’infos sur www.mtnlakelodge.com

La réplique culte :
« On ne laisse pas Baby dans un coin » (Johnny)

Jouez les Pretty Woman à Beverly Hills

Prenez-vous pour Vivian le temps d’une après midi (le budget indécent et la carte bleue d’Edward en moins) et offrez-vous une virée shopping dans les magasins de luxe de Rodéo Drive, l’une des rues les plus célèbres —et aussi les plus chères— au monde. Ensuite, poussez jusqu’au très glamour Beverly Wilshire Hotel pour boire un verre : c’est entre ces murs que Vivian et Edward ont vécu leur romance et que Vivian chante Kiss de Prince à plein poumons dans son bain moussant. D’ailleurs, pour ceux que cela intéresse, l’hôtel propose un forfait pour revivre les moments clés du film.

Plus d’infos sur www.fourseasons.com/beverlywilshire

La réplique culte :
« Une dame : Comment avez vous trouvé cet opéra très chère ?

Vivian Ward : C’était merveilleux, j’ai failli faire pipi dans ma culotte.
Une dame : Pardon ?
Edward Lewis : Elle dit qu’elle a préféré ça à Don Quichotte. »

Ou encore

« C’est 50 Pépé ! Pour 75, Mémé peut mater… »

Sur les traces de Marguerite Duras et de L’amant au Vietnam

Faites un stop à Sadec, cette petite ville coloniale du delta du Mékong qui fut le théâtre de l’une des liaisons les plus torrides et passionnelles de l’histoire, celle de Marguerite Duras et de son amant, le riche Chinois Huỳnh Thủy Lê. On y visite la vraie villa de l’amant (elle ne figure pas dans le film) qui se trouve au bord du fleuve et on fait un saut à l’école Trung Vuong : la fameuse institution pour jeunes filles que dirigeait la mère de Marguerite Duras.

Le passage culte :
« A la fin elle ne l’avait plus vu, le port s’était effacé, et puis la Terre. Une nuit au cours de la traversée de l’océan Indien il s’était produit dans le grand salon du pont principal, l’éclatement d’une valse de Chopin. Il n’y avait pas un souffle de vent et cette nuit-là, la musique s’était répandue partout dans le paquebot noir comme une injonction du ciel, comme un ordre de dieu donc on ignorait la teneur. Elle avait pleuré parce qu’elle avait pensé à cet homme de Cholong, son amant, et elle n’avait pas été sûre tout à coup de ne pas l’avoir aimé d’un amour qu’elle n’avait pas vu, parce qu’il s’était perdu dans l’histoire comme de l’eau dans le sable et qu’elle le retrouvait seulement maintenant, à cet instant de la musique, jetée à travers la mer. »

Plongez dans Le Grand bleu en Grèce

Et nagez dans les eaux profondes d’Amorgos, île sauvage des Cyclades et l’un des fiefs du Grand bleu : c’est ici que l’enfance des deux personnages principaux, Jacques Maillol (Jean Marc Barr) et Enzo Molinari (Jean Reno) se déroule dans le film. Du coup, on pique une tête dans la crique d’Agia Anna, où Jacques plonge enfant et où son père meurt. On visite la ville de Chora, dans laquelle les enfants courent au début du film. Enfin, on va voir l’épave (ce qu’il en reste du moins) qui se trouve sur la route de Katapola à Kalotaritissa : celle qu’Enzo, une fois adulte, explore pour sauver un plongeur.

La réplique culte :
« Enzo, mio palmo »

Alixanne Chapon

Anxieuse de nature, quand elle n’écrit pas pour se défouler Alixanne passe la majeure partie de son temps à arpenter les rues de Paris à la découverte de bons plans, à chiner –la déco étant l’une de ses passions–, ou tout simplement à deviser des heures durant (toujours sur des sujets hautement philosophiques bien sûr) avec ses ami(e)s. Elle a commencé à écrire il y a plus de huit ans au Maroc, son pays natal –et de coeur. Depuis quatre ans, elle vit dans le 12e arrondissement de la capitale française et a collaboré avec de nombreux supports (So chic, Capital, Management, 7X7.press, etc.). Ce qui ne l’empêche pas de rentrer régulièrement à Casablanca et Marrakech afin de retrouver les siens et de se mettre au vert…

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.