OÙ DANSER À CASABLANCA ?

Vous voulez vous sentir en vacances, en dansant jusqu’à plus soif, sans quitter Casablanca ? Allez faire un tour en boîte ! Mais pas n’importe où. Nous, on a testé et on valide le Djadja, qui a ouvert ses portes en mars dernier sur la corniche.

Faites pas semblant, vous aussi ça vous arrive de chantonner, Y’a pas moyen Djadja…” Le hit d’Aya Nakamura a fait –et fait encore– tellement fureur que son nom a été donné à un tout nouveau club casablancais qui “dead ça”, comme dans la chanson. Des battles de hip-hop, des soirées aux sonorités brésiliennes qui vous transportent en plein carnaval de Rio (tenues des danseuses comprises), et des DJs venus des Antilles. On vous prévient, pensez à échauffer vos hanches avant de poser un pied sur la piste.
10, bd de l’océan Atlantique, Aïn Diab, Casablanca.
Tél. : +212 7 71 03 14 40

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.