BONNE ADRESSE : ON A TESTÉ GAÏA, LE NOUVEAU RESTAURANT VEGAN DE CASABLANCA

shoelifer_restaurant_vegan-Casablanca_gaia

Gaïa, vous connaissez ? Une délicieuse table vegan, végétarienne et bio qui, en deux ans, a su se créer une petite communauté d’afficionados à Marrakech. Eh bien, elle débarque dans la ville blanche ! Un nouveau restaurant vegan à Casablanca ? Of course, on a voulu tester. Notre verdict.


La tendance healthy est désormais bien installée au Maroc, avec une pléiade de restaurants servant des plats bio, sans gluten ou végétariens. Et on a fini par développer une certaine passion pour ces recettes stylisées à la sauce écolo. Pourtant, rares sont les établissements qui proposent une cuisine 100% biologique. C’est le cas du restaurant vegan (et végétarien) Gaïa, qui débarque à Casablanca deux ans et demi après son ouverture marrakchie (on avait eu l’occasion de vous en parler lors de la Art Fair 1-54). Direction cette fois, la rue Point du jour, au Triangle d’Or.


Le lieu : minimaliste et intimiste

Arbre fruitier trônant à l’entrée du restaurant, chaises en rotin, et tons vert pastel : dès l’entrée, le ton est donné. Plutôt minimaliste et intimiste, le lieu reste simple, frais, et coloré, sans en faire trop. On est rapidement accueillis par Mounir Brouski, cofondateur du lieu, tout sourire sous son masque, qui nous explique la philosophie du concept entre deux appels de réservation. Le concept ? Oui, car ce nouveau restaurant vegan à Casablanca se décline aussi en version salon de thé et propose un corner épicerie fine autour de produits bio et naturels marocains. Mais on y reviendra plus tard, car en attendant, il est treize heures, et notre estomac nous rappelle à l’ordre.

BMCI 970*250

La carte : de saison

Vous l’avez compris, ici on ne propose que des plats végétariens (sans viande) ou carrément vegan (sans produits animaux : œufs, laits, fromages ou beurre). Pas le temps de se lasser, le menu est renouvelé chaque semaine en fonction du marché du jour et des saisons. Au menu, salades à partager, plats, ou snacking à picorer, mais aussi l’occasion de découvrir les soupes du jour, les tartines gourmandes, et quelques surprises du chef comme le chou-fleur rôti, les plateaux de mezze, les wraps originaux ou encore les burgers “du botaniste”. Résultat ? Tout donne envie. Pour les becs sucrés, la carte présente un large choix de pâtisseries homemade, et une belle proposition de petits déjeuners et de brunchs. Quant aux recettes, “c’est au feeling, on sait généralement ce qui va avec quoi”. Et en ce moment c’est la saison des choux, des petits pois, des brocolis, des fèves mais aussi des jolies carottes multicolores : “on joue beaucoup sur les variétés”, explique Mounir.


Et dans les assiettes ça donne quoi ?

En entrée, notre choix s’est arrêté sur la soupe de potiron et crème d’amandes et la tartine à l’avocat et œuf poché, fromage et radis. C’est sain, c’est bon, rien à dire, même si on n’a rien trouvé de transcendent non plus. En revanche, on a été agréablement surpris par les plats dont le Gaïa Bowl, mi-chaud mi-froid avec lentilles corail, falafels, légumes sautés, houmous, œuf poché, salade et quartiers d’oranges. Un régal. Mais on a aussi adoré le ramen du jour avec noodles, champignons croquants, légumes sautés (coup de cœur pour les baby carrots, sooo yummy), morceaux de tofu et un bouillon subtilement relevé aux piments jalapeños et gingembre. On était complètement full en fin de repas (les portions sont plutôt généreuses), mais on s’est tout de même laissés tenter par les cookies à l’huile de coco. À tomber. Tout comme les jus minute que l’on a bu en deux, trois gorgées. Notre préféré ? Le super jus vert un mix de menthe, kiwi, citron et concombre.

Le plus qui fait la différence : Retrouver le vrai goût des légumes. Parce qu’une cuisine aux légumes bio, eh bien, on a pu le vérifier encore une fois, ça change effectivement la donne.


Une ferme bio

Derrière ce restaurant vegan se cache une ferme biologique installée à Marrakech, non loin du Fellah Hôtel, baptisée la lune de Gaïa. Légumes, arbres fruitiers… la plantation respecte les règles de la permaculture. Et de l’agriculture bio. D’ailleurs, la ferme va être certifiée en décembre par le RIAM, le Réseau des initiatives pour l’agroécologie au Maroc. Et si Gaïa présente dans les assiettes une cuisine biologique, elle dévoile également un joli corner d’épicerie fine qui propose une gamme de produits bio 100% made in Morocco. Farines sans gluten, légumes, fruits, quinoa, graines de chia, couscous de cactus (oui, oui, ça existe), miel, huile d’olive ou confitures… Plutôt pratique pour faire son marché écolo à l’heure du déj.


Des rendez vous

Gaïa, nouveau rendez-vous bobo ? C’est déjà chose faite, puisque le restaurant vegan organise un marché paysan tous les samedis. Dégustations d’amlou, d’huile d’olive, ventes de légumes bio : un rendez-vous hebdomadaire réunissant au total 5 producteurs pour garnir son panier de fruits et légumes. Mais ce n’est pas tout. On profite aussi du célèbre “brunch musical” du dimanche ou des ateliers éco-ludiques, les mercredis, pour s’initier à la permaculture urbaine. Objectif, apprendre à faire pousser chez soi son propre potager. De la ferme, à l’assiette en passant par notre balcon : de quoi raviver notre flamme, verte, évidemment.


Le bémol

Seul inconvénient : difficile de se garer dans la rue du restaurant. Heureusement, un service voiturier sera prochainement mis en place.

Infos :
Ouvert de 10h à 19h.
Carte entre 55 DH et 125 DH.
Marché paysan tous les samedis de 10h à 14h.
Brunch de 11h à 18h, tous les dimanches.

Gaïa
26, rue Point du jour, Triangle d’or.
Tél. +212 664 364 602.

Charlotte Cortes

Une fois son master de l’ESJ Paris en poche, c’est entre la capitale française et sa ville de cœur, Casablanca, que Charlotte fait ses premières armes. Quotidiens d’informations, radio, post-production télévisuelle… touche-à-tout, cette journaliste mue par le désir d’en apprendre toujours davantage rejoint diverses rédactions (Metro, Atlantic Radio…) avec le désir de se frotter à différents médias. C’est à son retour au Maroc en 2015, que le lifestyle s’impose à elle, tout naturellement. Une évidence qui la pousse à intégrer le lifeguide Madame Maroc, dont elle deviendra rédactrice en chef trois ans plus tard. Depuis, elle écume les belles adresses du royaume à la recherche constante de nouveaux labels et autres hot spots. Aujourd’hui, c’est à Shoelifer qu’elle prête sa plume et son enthousiasme pour gérer la programmation du webzine. Ne vous y trompez pas, sous ses airs affairés cette pétillante brunette ne rêve que de danses endiablées, de plages désertes et… de bons plans mode, évidemment.

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés