BEAUTÉ : ON A TESTÉ LE SOIN DU VISAGE VALMONT À LA MAMOUNIA

C’est au cœur du SPA de La Mamounia à Marrakech que la maison Valmont a pris ses quartiers depuis deux mois, pour proposer aux adeptes de soins d’exception des protocoles uniques. Shoelifer a testé, et n’est pas prêt d’en revenir.

VALMONT, L’EXCELLENCE SUISSE

C’est de la Clinique Valmont, qui doit son nom à sa position géographique, entre montagne et vallée sur les bords du Lac Léman, que cette gamme de produits naît. Précurseurs en matière de soins et de lutte contre le vieillissement (par l’hydrothérapie notamment), les chercheurs, cosmétologues et chirurgiens esthétiques de la clinique Valmont développent une ligne de soins basés sur l’alliage de molécules actives, de collagène antif et d’ADN HP, une substance naturelle qui protège la cellule, retarde son vieillissement et retient ce qui la booste. Autrement dit, un anti-âge magique, extrait naturellement de la laitance du saumon sauvage.

Dès les années 80, la maison Valmont acquiert une place privilégiée dans le classement des marques de soins pour le visage et le corps, tant ses utilisatrices partout dans le monde sont conquises. Un packaging luxueusement sobre, opaline aux touches de vert, rappelant la tenue des médecins suisses, dont les contenants aux noms évocateurs – L’Élixir des Glaciers, Happy Mask ou bien encore le Prime Renewing Pack – sont d’une efficacité rare.

Les indispensables ? Le nettoyant « Water Falls », la crème riche désaltérante et enfin la crème lissante visage (V-Line Lifting Cream), parfaite en crème de nuit et antirides, disponibles à la vente à la Mamounia.

UN PROTOCOLE EXCLUSIF À LA MAMOUNIA

Depuis septembre 2018, Valmont offre aux hôtes du palace mythique La Mamounia l’expertise de ses soins. Une collaboration comme une évidence tant l’ADN de ces deux noms, leur quête commune de précellence et de beauté se rejoignent. Nulle part ailleurs, sur le continent africain, les protocoles de soins développés par Valmont ne sont proposés. Une adresse magique pour un moment hors du temps.

Dans le SPA de 2500m2, la praticienne nous accueille et nous installe dans la salle de soins, à la température parfaite. Experte, elle examine la peau de façon à déterminer le protocole adapté. Après nous avoir expliqué la réponse adéquate (pour nous le soin réhydratant pour peau sensible, mais cela peut être un soin éclat, régénérant ou bien encore anti-âge), le soin commence.

Pendant une heure ses mains aguerries appliquent délicatement lotion, crème, et masque. L’extraordinaire ? La texture des soins.

La lotion, eau d’une légèreté rare, nettoie en profondeur notre épiderme, tandis qu’une crème, aux airs de mousse immaculée, ponctionnée au pinceau sur le haut du flacon, hydrate. Le masque ? Une formule au collagène posé comme une seconde peau, qui dynamise la circulation du sang pour garantir un éclat recouvré.

Entre chaque application, une serviette tiède à chaude (fraîche pour les peaux à problèmes) est posée quelques secondes du haut du buste au visage, facilitant l’ouverture des pores et la pénétration des différents produits, dont les parfums subtils rappellent la fraîcheur de l’air suisse. Si vous êtes normalement constitué, vous ne vous souviendrez pas des dernières étapes, la douceur de la praticienne et l’ambiance qu’offre la salle de soins feront que Morphée en aura profité pour vous emmener quelques minutes. À votre réveil, vous découvrez une version rajeunie de vous-même, un teint débarrassé des traces de fatigue et de pollution. En bref ? Vous, radieuse.

La Mamounia
Avenue Bab Jdid, Marrakech.
Tél. : +212 5 24 38 86 00

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.