HIVER 2020 : SI ON ALLAIT SKIER DANS LES CARPATES ?

Cet hiver 2020, pour sortir des pistes –de poudreuse– battues, on a décidé de vous embarquer dans une aventure enneigée certes, mais romanesque aussi. La partie romanesque ? Un château, un vrai ! Allez, tout schuss vers Les Carpates, plus précisément du côté de la Roumanie, une destination digne d’un décor de film (de vampires).

Bienvenue dans l’univers de Jules Verne et de son livre gothique, le Château des Carpathes : mystères, personnages sombres et maudits… On dit que le livre, sorti en 1847, aurait inspiré Dracula, publié 5 ans plus tard. Car selon la légende, le château de Bran aurait été habité par un seigneur solitaire et énigmatique. Ce qui lui valu d’être racheté par les Habsbourg, friands de mystère. Aujourd’hui, il paraît que l’aura du Prince des ténèbres rôde toujours autour de son château. Peureux, s’abstenir.

On loge où ? À l’Hôtel Epoque, Relais & Château version XXL à Bucarest. On reste dans les références culturelles avec cette fois-ci un lieu où Wes Anderson aurait pu tourner son Grand Budapest Hôtel. Voilà qui promet de faire exploser vos statistiques Instagram.


On skie où ? 
L’avantage avec les Carpates, c’est que cette chaîne de montagnes s’étend sur plus de 1500 km : autant vous dire que vous avez l’embarras du choix question stations et pistes. La plus proche de Bucarest, Azuga, est très facilement accessible. La conciergerie de l’hôtel ne manquera pas de vous réserver une navette, vous pourrez ainsi profiter des superbes paysages de la région pendant un peu plus d’une heure de trajet.

En bonus

Vous êtes de ceux qui ne tiennent pas en place ? Les mystères de cette chaîne de montagnes vous attirent ? Vous pouvez opter pour le circuit Transylvanie, ou tenter le “Dracula” ou bien encore un circuit 2 pays, qui vous fera passer de la Roumanie à la Hongrie ou à la Bulgarie, au choi

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.