INFOS INSOLITES MAIS UTILES : NOTRE TOP 5

Parce que dans l’actualité il n’y a pas que des news qui font froid dans le dos, voici cinq infos utiles, futiles, ou carrément insolites, qui vous feront sourire.  

Gucci dit bye bye à la fourrure

Ceci n’est pas une intox, vous avez bien lu. Après Armani en 2016, c’est au tour de Gucci, (autre célèbre marque italienne) de bannir la fourrure de ses collections, et de venir gonfler les rangs des marques de luxe responsables (avec Stella McCartney, Giorgio Armani, Hugo Boss, Tommy Hilfiger et Ralph Lauren). Une mesure qui prendra effet dès la collection printemps-été 2018. Quant aux pièces de fourrures restantes, elles ne resteront pas sur le carreau : une vente aux enchères sera organisée et les recettes reversées aux organisations de défense des droits des animaux Humane Society International (HSI) et LAV. Ave Gucci !

BMCI 970*250

Le décompte très spécial d’une horloge de Brooklyn

Tic-tac, tic-tac, tic-tac. Au mois de juin dernier, une étrange horloge XXL bien mise en évidence et visible depuis Manhattan avait été installée sur un bâtiment de Long Island. Au lieu de donner l’heure, elle marquait un compte à rebours, suscitant beaucoup d’interrogations. Ce n’est que récemment que le collectif d’artistes « The créative independant », qui l’a créée, à révélé sa signification. Il s’agit du décompte précis du nombre de jours, d’heures et de minutes qui restent avant la fin du mandat du président des Etats-Unis. Rien d’étonnant puisque de récents sondages montrent que le taux de popularité de Trump est au plus bas.

Les bars à lapins : vous reprendrez bien un peu d’angora ?

Aussi surnaturel que cela puisse paraître, après les bars à chiens, chats, hiboux, hérissons, ce sont les bars à « Bugs bunny » qui font fureur en Asie, particulièrement à Tokyo et à Hong Kong. Et si le concept pour le moins loufoque peut faire peur et qu’on plaint ces pauvres bêtes, on vous rassure ici le lapin n’est pas au menu : les clients viennent pour boire un verre, manger un morceau et… caresser les boules de poils.
Ça vous tente ? Passez au Rabbitland Cafe à Hong Kong, ou dans un des nombreux établissements de Tokyo.

Un faux numéro « spécial relous »

Un numéro de téléphone pour les relous ? C’est le concept génial lancé par deux activistes françaises qui se sont inspirées d’une initiative similaire du site d’infos féministe américain The Mary Sue. Comment ça marche ? C’est on ne peut plus simple : vous êtes en France. Une fois de plus un gros lourdaud vous aborde dans la rue, et insiste –voire vous harcèle– pour avoir votre numéro. Plutôt que de presser le pas ou de lui filer un faux numéro, vous lui donnez celui-ci : 06 44 64 90 21. Si le lourdaud vous envoie un message, le relou en question reçoit, une heure plus tard, un texto à visée pédagogique : « Bonjour ! Si vous lisez ce message c’est que vous avez mis une femme mal à l’aise. Avec vous, elle ne s’est pas sentie en sécurité. Si elle vous dit non, inutile d’insister. Apprenez à respecter la liberté des femmes et leurs décisions. » A quand le même numéro au Maroc ?

L’hôtel qui propose un service de majordome Instagram !

Parce qu’obtenir le cliché parfait demande du boulot, l’hôtel de luxe Conrad Rangali Island, aux Maldives, vient de lancer un nouveau service de majordome : the Instagram Butler. Ce dernier emmène les clients qui le souhaitent en #instatrail (randonnées de une à cinq heures) dans les endroits les plus photogéniques et instagrammables pour qu’ils puissent faire de super photos, leur prodigue des conseils pour saisir le cliché parfait à l’heure ou la lumière est la plus propice et joue même le rôle de photographe pour ceux qui le désirent. Le client peut ainsi faire baver sa communauté Insta, tandis que le resort bénéficie d’une large publicité sur les réseaux sociaux grâce aux photos prises dans ses installations (restaurant sous la mer, plage paradisiaque, etc.)

 

Alixanne Chapon

Anxieuse de nature, quand elle n’écrit pas pour se défouler Alixanne passe la majeure partie de son temps à arpenter les rues de Paris à la découverte de bons plans, à chiner –la déco étant l’une de ses passions–, ou tout simplement à deviser des heures durant (toujours sur des sujets hautement philosophiques bien sûr) avec ses ami(e)s. Elle a commencé à écrire il y a plus de huit ans au Maroc, son pays natal –et de coeur. Depuis quatre ans, elle vit dans le 12e arrondissement de la capitale française et a collaboré avec de nombreux supports (So chic, Capital, Management, 7X7.press, etc.). Ce qui ne l’empêche pas de rentrer régulièrement à Casablanca et Marrakech afin de retrouver les siens et de se mettre au vert…

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.