CRÉATEUR BIJOUX CASABLANCA : KARINE BERREBY, CŒUR DE PIERRES

Elle est derrière l’adresse favorite des collectionneuses de bijoux vintage, créatrice de pièces atypiques, et amoureuse du Maroc, Karine Berreby fait escale à Casablanca pour présenter une sélection de joyaux couture, rares et pointus. Découverte.

Karine Berreby ? Une référence en matière de bijoux et de joaillerie depuis plus de vingt ans. Créatrice, elle expose dans sa galerie parisienne, Karry Gallery, rue de Lille (Paris 6ème), où elle propose des pièces de créateurs venus d’Italie, du Liban, des États-Unis ou même d’Amérique latine.

C’est dans un magnifique écrin nommé « Karry O », boutique rue des Saints-Pères dans le 6ème, qu’elle débute dans les années 90. Cette adresse devient vite le rendez-vous de clientes collectionneuses de pièces uniques. Sa prédilection pour les années 1950 à 1970 se traduit par des pièces vintage signées Bulgari, Chopard, Piaget, Tiffany & Co entre autres noms dont les histoires résonnent dans le monde du bijou, de l’horlogerie ou la joaillerie. Des montres Piaget sixties, des montres Bulgari de la même époque, des pièces du 19ème remontées de façon moderne et autres trouvailles de Karine à travers le monde, séduisent les initiés et les amateurs de rareté. De l’onyx, du lapis-lazuli, du corail, de l’émeraude, des rubis qui ornent des boucles d’oreilles parfois asymétriques, des manchettes art déco ou des écharpes de perles, de l’or, mais aussi de l’argent ou du bronze, les fans de bijoux uniques se ruent chez Karine Berreby.

Montre Vintage Bulgari

D’origine tunisienne, Karine pose ses valises chargées de joyaux à Casablanca, elle qui
« porte une affection particulière au Maroc, avec qui elle a une histoire personnelle très forte », nous confie-t-elle avec beaucoup d’émotion lors de notre rencontre au Casablanca Hôtel. C’est ici que se tient dès aujourd’hui — 15 novembre — et demain vendredi 16 novembre, de 16h à 21h, une vente privée destinée à faire découvrir aux Casablancaises l’univers précieux d’une vraie passionnée et connaisseuse de bijoux. Allez-y, vous aurez la bague au doigt en deux temps trois mouvements !

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.