NEYLEEN, UNE NOUVELLE BOÎTE À BIJOUX CASABLANCAISE

Encore du changement dans le Triangle d’Or casablancais ! La rue Aïn Harrouda accueille enfin une nouvelle enseigne : une ouverture bienvenue après la fermeture de plusieurs devantures et le départ de Cartier. On aurait pu commencer à s’ennuyer… Mais Neyleen, délicat écrin à bijoux qui a ouvert ses portes ce mercredi 25 juillet, et que nous avons bien sûr visité en avant-première, nous a déjà conquises.

L’esprit de cette nouvelle boutique de joaillerie fine ? Des bijoux en or, pierres précieuses ou semi-précieuses (pas de fantaisie, on le précise d’emblée) et une sélection affûtée. Ce multimarques propose en effet des pièces néoclassiques, élégantes et intemporelles –des bijoux que l’on portera plusieurs années avant de les offrir à sa fille, belle-fille, etc.– mais aussi des collections plus ”tendance” qui collent à l’air du temps, et enfin, un univers “moderne vintage”, expression made in Neyleen, aux références rétro et nostalgiques avec un twist contemporain.

Vous l’aurez compris, que l’on y aille pour se faire plaisir, offrir un joli bijou à prix raisonnable, trouver le cadeau idéal (à bon entendeur…) ou un modèle d’exception, difficile de ne pas trouver son bonheur parmi la sélection de marques telles que Yeprem et ses créations aussi simples qu’impressionnantes, Stephen Webster, le maître absolu de l’Art déco moderne, Retrouvai, dont la finesse géométrique vous laissera sans voix ou bien encore Selim Mouzannar, Libanais dont la famille est dans la joaillerie depuis le 19e siècle et fournissait l’Empire ottoman… rien que ça !

Campagne bijoux RETROUVAI

L’écrin est à l’avenant : murs rose pastel, papier peint Art déco aux formes graphiques, fauteuils en velours vieux rose, miroir ancien et présentoirs en laiton brossé, tout a été pensé dans le détail et la simplicité. Derrière cet univers romantique, chic et précieux, il y a Ghita Kittane, fascinée par la joaillerie depuis sa plus tendre enfance. Sa maman raconte même qu’elle ne disait oui à une sortie qu’à condition de pouvoir passer admirer les modèles d’un bijoutier. Après avoir travaillé plus de 20 ans dans les services et le conseil en tant qu’experte en communication, elle est finalement revenue à ses premières amours en rejoignant l’École Van Cleef de Paris, puis en ouvrant Neyleen. Plus qu’une boutique, c’est donc l’aboutissement d’une passion, et c’est aussi ce qui nous a autant séduites.

Neyleen
8, rue Ain Harrouda, Casablanca
Tél. : +212 5 22 36 48 04

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.