VOYAGE : 5 ADRESSES À MADRID

Les vacances d’octobre approchent déjà. Alors que vouliez en profiter pour partir en famille ou laisser les enfants chez Papi-Mamie pour une escapade festive, culturelle ou amoureuse (ou les trois), voilà 5 adresses, traditionnelles ou hype, que l’on a testées et validées – à Madrid. Olé !

 

On loge où ? À l’Hôtel One Shot Fortuny 07

Sa façade du début du XXe siècle se fond parfaitement avec les palais qui l’entourent : l’hôtel se trouve à quelques mètres du Paseo de la Castellana, l’une des plus grandes et belles artères de Madrid. Les portes historiques franchies, on arrive dans un large lobby où règne une ambiance contemporaine, design et résolument chic.
Côté chambre, même signature. La déco est minimaliste et reposante, exactement ce qu’il faut pour vous relaxer après la fiesta dans laquelle vous entraîneront les madrilènes. Petit plus, le petit-déjeuner (inclus dans le prix de la chambre) est éco-healthy, car l’hôtel est partisan d’une cuisine saine, à base de produits de saison et dont le transport n’ajoute pas à l’empreinte carbone.
Prix : À partir de 1600 DH en chambre double
Calle de Fortuny, 7, Salamanque, Madrid.
Tél. : +34 910 88 58 68

 

On se balade où ? Au Marché San Miguel

Le Mercado de San Miguel, (petit frère des Halles de Paris ou de Covent Garden à Londres) est un bâtiment dont la structure, mêlant verre, acier et céramique, est emblématique de la Belle Époque. Impossible de le rater si vous vous promenez du côté de la Plaza Mayor ou du Palais Royal. On y fait ses courses, évidemment, mais surtout, on mange sur place. Du boui-boui à tapas à la petite table gastronomique, c’est le rendez-vous du terroir espagnol. Antonio Banderas y casserait régulièrement la croute.
Ouvert de 8h à 1h du matin.
Plaza de San Miguel, Madrid.
Tél. : +34 915 42 49 36

 

On dine où ? À la Maquina Jorge Juan

En plein quartier de Salamanque, le restaurant a deux faces. Côté bar, des carreaux de ciment au sol, un comptoir imposant en chêne, des boiseries vert foncé qui abritent verres et bouteilles. La salle, elle, est épurée et lumineuse, et donne sur des jardins. Dans l’assiette, des mets espagnols typiques 2.0, entre tradition et gastronomie contemporaine. On vous conseille de goûter à la flor de alcachofa con cristal de sal, des feuilles d’artichaut braisées au gros sel. Mais aussi aux chipironcitos plancha al ajillo, des petits calamars à l’ail, délicieux.
Calle de Jorge Juan, 12, Salamanque, Madrid.
Tél. : +34 918 33 69 81

 

Où prendre un verre ? Au Jazz Club Amazonico

C’est une adresse typique de Madrid pour finir la soirée. Un club de jazz où l’on ne vient pas pour s’asseoir, regarder et écouter mais pour participer, danser et chanter à tue-tête avec l’orchestre. Ne prévoyez rien trop tôt le lendemain, le club ferme ses portes à 6h du matin, et vous n’aurez pas envie d’en sortir avant.
Calle de Jorge Juan, 20, Madrid.
Tél. : +34 915 15 43 32


On shoppe où ? Au concept store El Paracaidista

C’est là tout le charme de Madrid : il n’y a que quelques mètres entre l’Espagne traditionnelle et celle l’avant-garde hype. Chez El Paracaidista, concept store mode, déco et même artistique, on peut shopper des pièces de jeunes créateurs et artistes espagnols… comme étrangers. Le principe ? Donner un espace d’expression au design émergeant. L’occasion de dire, l’air de rien: “Oh ça ? C’est un jeune créateur encore peu connu que j’ai shoppé à Madrid”. Et si vous avez une petite faim, testez le restaurant healthy, installé en terrasse, dans la cour du bâtiment.
Calle de la Palma, 10
Tél. : +34 603 30 91 73

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.