LUNES DE MIEL: VOIR LA VIE EN ROSE

Après le royal wedding qui a monopolisé les réseaux sociaux une bonne semaine, les adeptes de gossips et autres Stephane Bern en puissance attendaient l’annonce du retour de lune de miel de Megan Markle et de son Prince Harry. Qui étaient… au Canada. Vous entendez ? C’est le bruit du soufflet qui retombe. Bien sûr, on adore le Canada, (et Justin Trudeau en particulier), mais pour cette semaine “spécial mariage”, nous avions envie d’évoquer des destinations qui font rêver, qui font voir la vie en rose (littéralement), et enfin, qui soient un peu atypiques, car il n’y a pas que les Seychelles ou les Maldives pour démarrer une vie à deux. Suivez le guide.

Séoul – Corée du Sud

Séoul en fait, est le prétexte “hype”. Ville de plus en plus prisée par les voyageurs, elle a un côté très fun. Surtout, à moins de 130km de là, se trouve la superbe vallée de Cheongju-San. Cette ville à l’histoire millénaire a vu naître le Jikji, premier recueil des principes du bouddhisme.

On loge où : À Séoul, les hôtels sont plus branchés les uns que les autres, vous aurez l’embarras du choix, selon le mood du moment. Nous avons sélectionné le Cappuccino Hôtel, à la déco d’inspiration minimaliste asiatique et résolument moderne.

Shoelifer x Anfaplace – Megabanner

On visite quoi :

À une heure et demie du centre de Séoul, se trouve la ville de Cheongju-San, nichée dans une spectaculaire vallée. Il ne faut absolument pas rater le coucher du soleil sur les flancs de la montagne qui deviennent fuchsia, grâce aux petits œillets roses qui les tapissent.

Avant le coucher du soleil, visitez le musée national de Cheongju-San, où des vestiges de l’époque des Trois Royaumes, ainsi que d’une large partie de l’histoire coréenne, sont conservés. Petite touche hot, vous pourrez aussi vous exercez à la poterie, en y allant mollo sur l’inspiration Demi Moore/Patrick Swayze quand même.

La Camargue

Toujours dans l’esprit “Je vois la vie en rose”, direction le Sud de la France, pour voir les flamants roses, en Camargue. Connue pour ses chevaux, cette région abrite également des milliers de flamants roses. Quel spectacle romantique que de les voir s’envoler lors d’une balade à cheval en amoureux !

On loge où :

Aux Saintes Maries de la Mer, à l’Hôtel les Arnelles. Cet établissement de charme, de plain-pied, a des faux airs de ferme équestre. On aime particulièrement la grande terrasse en bois, avec sa piscine qui donne sur un champ de roseaux.

On mange où : Dans un cadre tropical, qui colle parfaitement avec la Camargue, au restaurant le Boem, posé sur les rives du canal d’Aigues-Mortes. Le jeune chef David Blaco propose une cuisine méditerranéenne réinventée.

Archipel de la Recherche – Australie du Sud Ouest

Pour y voir le Lake Hillier, surnommé “le lac rose” grâce à sa salinité extrême. Un lac situé à quelques mètres à peine de l’océan, qui donne l’impression de voir l’affiche de la série Un Gars, Une Fille : une plage rose pour madame, une bleue pour monsieur.

On loge où : Sur Esperance Island. Il n’y a pas d’infrastructure hôtelière sur l’Archipel de la Recherche (nom du navire français qui s’y est échoué au 18e) : ceci, afin de protéger sa faune et sa flore extraordinaires. Mais vous n’aurez pas de mal à trouver de petites maisons de surfeurs en location, les pieds dans l’eau, histoire de se lever et se coucher devant le spectacle de l’océan.

On y fait quoi : Une croisière. L’Archipel de la Recherche est composé de 105 petites îles, toutes plus charmantes les unes que les autres, où l’on peut visiter des parcs naturels, faire de la plonger, voir des phoques prendre le soleil et, bien sûr, surfer.

Shiraz – Iran

Vous souhaitez sortir des sentiers battus ? Laissez vos a priori de côté : l’Iran est un pays qu’il faut visiter. Pour son histoire d’abord, sa culture, et ses lieux d’exception. Notamment, à Chiraz, la mosquée Nasir El Molk, également appelée “la Mosquée Rose” pour ses vitraux aux couleurs chaudes et ses arches intérieures entièrement roses, répondant aux magnifiques tapis persans écalarlates.

On loge où : Au Zandiyeh Hôtel (du nom de la dynastie Zand qui avait fait de Chiraz sa capitale), construit et décoré selon les traditions perses, dans un luxe classique et accueillant.

On fait quoi : On va aux bains de Vakil, hammam de la ville, aux proportions dignes d’un Taj Mahal. Commandé par Karim Khan au 18e siècle, le hammam est encore aujourd’hui extrêmement bien conservé. En sortant, passez faire un tour dans les bazars de Chiraz, à quelques pas de là.

Envie d’un peu plus d’évasion ? Vous pouvez aller visiter la ville aux mille beautés, Ispahan, qui a donné son nom au fameux gâteau à la rose. Il vous faudra faire plus de 5 heures de route, mais ça en vaut vraiment le coup.

La Sardaigne

Une dernière touche de rose avec la Spiaggia Rossa, “la plage rose” de Budelli, l’une des îles de l’archipel de la Maddalena, au nord-est de la Sardaigne. La Spiagia Rossa doit son nom à la couleur corail de son sable, composé des débris de nombreux coquillages et petits morceaux de coraux rouges. De peur que la plage se vide un jour de son sable (que les touristes emportaient par kilos), elle est définitivement interdite d’accès. En revanche, on peut louer un bateau et s’amarrer en face, pour une baignade avec vue.

On loge où : Au Grand Hôtel Ma & Ma, 5 étoiles décomplexé, totalement tourné vers la mer. Toutes les chambres bénéficient d’une vue imprenable la Méditerranée.

On mange où : Si vous êtes un adepte des vacances dans le nord du Maroc où le bateau est une activité quotidienne presque obligatoire, vous connaissez la règle : du bon pain, un fromage bien choisi (vous êtes en Italie tout de même), des boîtes de conserves de thon, des chips et en voiture bateau Simone. Sans oublier le rosé. Face à une plage rose, on reste dans les tons.

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.