HOUSE OF THE DRAGON, BLONDE… NOS 5 FILMS ET SÉRIES PRÉFÉRÉS DU MOMENT

House of the Dragon

Que vous soyez séries addict ou non, vous avez forcément entendu parler de House of the Dragon. Préquel de Game of Thrones, cette série de la chaîne américaine HBO bat tous les records d’audience depuis son lancement le 22 août dernier. Le réchauffé, très peu pour vous ? On vous comprend. Pourtant ce spin-off a ses qualités. On vous explique lesquelles et on vous donne d’autres pistes de visionnage, au cas où vous resteriez campé sur votre position.


Lundi 17 octobre, il fallait attendre 2h du matin pour découvrir l’avant-dernier épisode de House of the Dragon sans craindre de se faire spoiler. Vous n’avez pas eu cette patience ? Nous non plus. Pourtant, comme à chaque nouvelle sortie, ils sont plus de 2 millions à l’avoir visionné en direct (et atteindront près de 20 millions de téléspectateurs au total dans quelques jours). En 2022, chaînes de télévisions et plateformes de vidéo à la demande mettent la barre toujours plus haut pour combler leurs abonnés. Quitte, parfois, à ressortir les vielles marmites pour y faire mijoter de nouveaux potages. Si LA série du moment revient sur le passé de la maison Targaryen dont Daenerys est la digne héritière, elle n’est pas la seule, parmi les productions qui font le buzz actuellement, à réactiver des recettes qui ont déjà fait leurs preuves. Par exemple, la mini-série Obi-Wan Kenobi (sur Disney+) s’intègre parfaitement à la saga Star Wars et a été réalisée par David Lucas himself. Idem pour Les Anneaux de Pouvoir (sur Amazon Prime), qui prennent place dans l’univers du Seigneur des Anneaux…3 000 ans avant l’intrigue originelle. Et force est de constater que ça marche, puisque les différents opus caracolent en tête de classement. Quant à ceux qui n’aiment pas suivre le troupeau, vous pouvez toujours vous rabattre sur les dernières pépites qu’on vous a dénichées.


1/ House of the Dragon sur OCS

Qu’on l’aime ou qu’elle nous insupporte, une chose est sûre, Daenerys Targaryen nous intrigue. L’histoire de la fameuse « Mother of dragons » de la série Game of Thrones est en effet auréolée de mystère. Ça, les producteurs du show aux 30 millions de fidèles l’ont bien compris. Ils se sont donc de nouveau associés à l’auteur du best-seller dont il est tiré -George R.R. Martin- pour faire un bond dans le passé et raconter la genèse du clan Targaryen. Au programme ? On attend au moins 4 saisons de 10 épisodes chacune. Décidément, quand y’en a plus, y’en a encore…

Pourquoi on l’aime ? Parce qu’on y retrouve le combo explosif de GoT, à savoir du sexe, du drama (beaucoup de drama) et de la violence. Et que bien sûr, le découpage des épisodes nous tient parfaitement en haleine d’une semaine à l’autre. Mais aussi pour ses décors somptueux et ses costumes hyper travaillés, qui en font un véritable petit bijou télévisuel.  


2/ La belle de Jérusalem sur Netflix

Après FaudaThe Spy ou encore Téhéran, les séries israéliennes ont le vent en poupe sur les plateformes de streaming. Nous, à la rédac’, on craque pour La belle de Jérusalem qu’on a découverte à l’occasion de la sortie de sa deuxième saison cet été. On y suit le destin d’une famille de marchands séfarades, propriétaires d’une épicerie dans la ville sainte durant l’entre-deux-guerres.

Pourquoi on l’aime ? Car la série se déroule sur deux temporalités distinctes (1919 et 1936) :  elle montre l’évolution d’une famille sur plusieurs générations tout en nous permettant d’appréhender les us et coutumes de l’époque. Seul hic, pour le visionner il faut un VPN, afin de pouvoir accéder au catalogue Netflix UK.

Voir aussi : MANIFESTATIONS EN IRAN : CLICHÉS ET RÉALITÉS D’UN PAYS FANTASMÉ.


3/ Blonde sur Netflix

En 2000, l’écrivaine américaine Joyce Carol Oates publiait Blonde, un roman inspiré de la vie et du destin de Norma Jean Mortenson, plus connue de son vivant sous le pseudonyme de Marylin Monroe. Vingt-deux ans plus tard, le best-seller international connaît une adaptation cinématographique, aujourd’hui disponible sur Netflix. Le livre comme le film ont une ambition commune : tenter de comprendre qui se cachait derrière le sourire Colgate, les courbes voluptueuses et l’image figée sur le papier glacé des magazines. Qui était la femme derrière la star ?

Pourquoi on l’aime ? Pour l’interprétation époustouflante d’Ana de Armas qui rend à la Marylin de Blonde toute son humanité. Pour le côté biopic-fiction assumé du film, puisque le réalisateur Andrew Dominik s’autorise quelques largesses (et pas des moindres) dans son interprétation (scénaristique et esthétique) de la vie intime de l’icône hollywoodienne.

Voir aussi : SORTIR À CASABLANCA : 5 NOUVELLES ADRESSES POUR MANGER (ET PLUS SI AFFINITÉS)


4/ Severance sur Apple TV

Les critiques de cinéma sont unanimes, Severance est possiblement en passe de rejoindre le palmarès des meilleures séries de l’année 2022. Le pitch ? De nos jours, le personnage principal Mark Scout est manager au sein de la compagnie Lumon Industries. Les membres de son équipe subissent une opération chirurgicale permettant de dissocier leur mémoire intime de leurs souvenirs professionnels. Bien sûr, un événement va venir rouiller la mécanique jusqu’ici bien huilée de ce processus…

Pourquoi on l’aime ? Pour le côté série d’anticipation qui nous fait nous questionner sur notre rapport au monde professionnel, à l’aliénation au travail ou encore à la culture d’entreprise (et à son absurdité surtout). Si vous n’avez pas aimé Black Mirror, passez votre chemin !


5/ Oussekine sur Disney +

Le 5 décembre 1986, à Paris, un jeune homme de 22 ans trouve la mort sous les coups de matraque de la police française. Son nom ? Malik Oussekine. Son crime ? S’être joint à une manifestation étudiante sur la réforme de l’université. Cette « bavure » va marquer toute une génération et devenir le symbole des violences policières en France. La série Oussekine revient sur cette tragédie, en l’abordant par le prisme de l’intime, en adoptant le point de vue de la famille du manifestant.

Pourquoi on l’aime ? Pour sa narration et son montage non conventionnels qui permettent au spectateur d’aborder l’événement comme un drame familial et humain, avant d’être un fait social et politique. Et pour son très bon casting.

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés