SAINT VALENTIN 2020 : NEYLEEN SAIT PARLER AUX HOMMES DE BIJOUX

J-1 pour la Saint-Valentin 2020. La bijouterie casablancaise Neyleen a tout prévu (depuis quelques semaines déjà…) pour que vous, monsieur, ne ratiez pas votre coup. Une opération réalisée avec humour, que l’on soutient et que l’on a envie de faire connaître à tous, et bien sûr à toutes.

Pour la Saint-Valentin, la joaillerie multimarque de la rue Aïn Harrouda a eu une idée fun… et utile : un journal, comme certains messieurs aiment à les lire devant leur café fumant. Avec des informations, évidemment, mais aussi un petit mot sur le romantisme, le chocolat, les fleurs, le sourire de leur bien-aimée (auquel les messieurs ne sauraient résister), et les bijoux, bien sûr. On y trouve aussi l’histoire de Neyleen et l’amour de sa créatrice Ghita Kittane Belmaâchi pour le bijou, qu’elle partage ici avec ses lecteurs.
Enfin, dans les pages centrales, une jolie sélection de pièces pour les aider à trouver le cadeau idéal, ce 14 février.

Votre flamme, son bijou

C’est le titre des pages intérieures, où l’on retrouve pas moins de 15 propositions de cadeaux. Du bracelet fin à la parure entièrement sertie en passant par des boucles d’oreilles ou des manchettes, il y en a pour tous les goûts, et toutes les femmes. Sans oublier le bijou qui, peut-être, est attendu en ce jour dédié aux amoureux : l’anneau. Les différents modèles sont évidemment issus des collections des créateurs représentés chez Neyleen, à l’instar du libanais Selim Mouzannar, des italiennes new-yorkaises Sorellina, les parisiennes de La Brune & La Blonde, le londonien Stephen Webster ou l’italienne écolo Annarita Celano.
Du coup, on partage une partie de cette sélection avec vous, mais à une condition, que cela reste entre nous ! Promis ?

Bague Marie Mas.

L’autre bonne nouvelle

Si offrir un bijou peut facilement rimer avec casser sa tirelire, chez Neyleen les propositions commencent autour de 2500 DH.

Vous pouvez télécharger le journal ici.

Neyleen
8, rue Aïn Harrouda (ex. Jeanne d’Arc), Casablanca
Tél. : +212 5 22 36 48 04

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.