VOITURES DE COLLECTION : AU CŒUR DU RETRO PARC DE ABDELLAH ABDELLAOUI

Fan de voitures de collection ? Rolls Royce, Jaguar, Chevrolet, Ford… Ces marques ont fait, et continuent de faire, pour certaines, le rêve automobile. Du coup, on est allés redécouvrir les modèles mythiques (et restaurés dans les règles de l’art) de ces grands noms. Où ça ? Au Retro Parc, un hangar façon caverne d’Ali Baba, situé aux portes de Casablanca. Et on peut vous assurer qu’ils n’ont pas pris une ride ! Petit tour de piste et rencontre avec son charismatique propriétaire, Abdellah Abdellaoui.


Il suffit de pousser la porte des discrets ateliers du Retro Parc, situés à Ain Sebaa, pour faire un saut immédiat dans le passé. Sous les hauts plafonds du siège social de l’Automobile Club du Maroc (ACM), se dresse une flotte de 52 voitures de collection, conçues entre les années 50 et 70. Italiennes, anglaises, allemandes, françaises… bolides rutilants et carcasses désossées appartiennent à un seul et même homme, qui les a réunis par passion.

voitures_de_collection

Vallée Village 970×250

Abdellah Abdellaoui, né à Oujda dans les années 50, n’était pourtant pas destiné à devenir un des plus emblématiques collectionneurs de voitures anciennes du Maroc. Celui qui se décrit comme un “accident de l’histoire”, grandit dans la pauvreté et avec le ressentiment de l’orphelin, dont le père a disparu un beau matin et n’est jamais revenu à la maison. Comme nombre de victimes des années de plomb… Le jeune homme part néanmoins étudier en France, grâce à une bourse, et revient au Maroc, une fois son diplôme en poche, pour entamer une longue et fructueuse carrière dans le secteur automobile. C’est là que, “piqué” par l’amour des belles pièces, il débute sa propre collection. Mais ce n’est pas une quête méthodique avec pour but de constituer sa flotte. Le fondateur de la Fédération marocaine des automobiles anciennes se laisser porter par le hasard, qui souvent, fait bien les choses. Première Mercedes sortie d’usine livrée au prince Moulay Hassan (futur Hassan II), Jaguar indissociable de Steve McQueen ou James Bond, voiture de mafioso allongée à l’arrière pour éviter les balles, fusion entre Austin et Morris, Thunderbird vert turquoise… Chaque automobile a son histoire et chaque acquisition, son lot d’anecdotes. En attendant le musée qui retracera leur parcours à toutes, on a demandé à leur propriétaire de nous en raconter quelques-unes. Venez, on vous fait monter à bord.

Voir aussi : On a testé les mini bolides du MGP Racing Morocco

Red Corvette : la plus mythique

S’il y a bien une voiture de collection qu’Abdellah Abdellaoui affectionne particulièrement, c’est sans conteste ce modèle de Chevrolet célébré par Prince dans sa chanson éponyme sur l’album 1999. Cette voiture mythique a marqué l’entrée fracassante des Américains dans le monde du sport automobile. C’est aussi la voiture qui a battu le record du nombre de parutions au cinéma, avec au moins 4.300 apparitions à son actif. Le modèle qu’on peut admirer au Retro Parc date de 1960, et est en excellent état. La Red Corvette est aussi classée 4e dans le top five des plus belles voitures du monde.

voitures_de_collection


Rolls Royce : la plus rare

Cette Rolls Royce de 1949 a marqué l’entrée du constructeur britannique – anciennement fabricant de châssis – sur le marché de l’automobile. Elle a remporté deux concours d’élégance aux États-Unis, et il n’en reste à ce jour que 8 exemplaires recensés dans le monde (sur une production initiale de 210 unités). Dont une, bien choyée, au Retro Parc.

voitures_de_collection


4 CV : la plus sentimentale  

Dans le rayon des petites citadines qui ont marqué l’histoire de l’automobile, la 4CV de Renault se défend bien. Première voiture à atteindre le million d’exemplaires, permettant ainsi au constructeur d’entrer dans la production de grandes séries ; elle a aussi été, un temps, l’auto la plus vendue le marché français… Mais c’est l’histoire de cette 4CV en particulier qui a surtout marqué le collectionneur. Le modèle de 1949 n’avait en effet connu qu’un seul propriétaire avant lui : un mécanicien basé dans la région d’Oujda, dont les enfants décident un jour qu’il devait s’en débarrasser. L’homme, d’environ 80 ans, réalisant lors de la légalisation de la vente qu’il allait être séparé de son fidèle bolide, se met alors à pleurer. Touché par l’attachement du vendeur à son véhicule, Abdellah Abdellaoui décide donc de la lui laisser une année supplémentaire, pour qu’il puisse lui faire ses adieux. Plutôt touchant, non ?

voitures_de_collection


Automotive Academy, vieilles voitures et jeunes mécanos

S’il est assurément passionné, Abdellah Abdellaoui est aussi philanthrope. Le businessman décide, à l’orée de la soixantaine, de mettre fin à sa carrière professionnelle pour se consacrer exclusivement à des œuvres sociales. Dont les principaux enjeux seront la formation et l’intégration des jeunes. Fondation Aïcha pour les jeunes filles du monde rural et les enfants défavorisés, Raid Solidarité International pour mettre fin aux problèmes de vue des enfants dans les douars… Plus récemment, mettant sa passion au service de l’inclusion, il crée Automotive Academy, une école qui forme les jeunes à la mécanique automobile et leur permet de se spécialiser dans la restauration de véhicules de collection. Au cours de cette formation qualifiante qui s’étale sur 2 ans, les élèves travaillent en petit groupe sur un projet : ils partent d’une carcasse de véhicule et apprennent, sous la supervision de maîtres artisans (taulier, mécanicien, électricien, garnisseur…) à redonner vie à ce patrimoine automobile. L’occasion de faire d’une pierre deux coups, en développant au Maroc une main d’œuvre qualifiée indispensable aux collectionneurs – qui sont loin d’être tous mécaniciens eux-mêmes. Et en transmettant à ces jeunes la passion de préserver des véhicules d’exception. La première promotion compte une trentaine d’étudiants. Et nous ? On est franchement admiratifs.

Fédération marocaine des automobiles anciennes

Plus d’informations au +212 639 179 274.

 

Par Anaïs Fa.

Photo(c) SIPA – Sean Connery dans « Goldfinger ».

Shoelifer Team

Professionnels de la mode et du luxe, ils sont journalistes, stylistes ou photographes et surtout aguerris de longue date à l’exercice du style et de la création. Ils ont participé à la genèse de ce site et collaborent au quotidien, avec fraîcheur et non sans esprit critique, à forger son caractère. Découvrez la petite famille de Shoelifer.

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés