LES ONIGIRI DU RESTAURANT ILOLI À CASABLANCA : LA RECETTE EN VIDÉO !

Comme tous les restaurants, Iloli, à Casablanca, a dû fermer ses portes, en raison de l’épidémie de coronavirus. Mais ses propriétaires ont pensé aux amoureux de la gastronomie japonaise et à tous ceux qui veulent s’essayer à cuisiner quelque chose de différent : deux fois par semaine, ils postent sur leurs réseaux sociaux des tutos vidéo de recettes nippone faciles. Cerise sur le sushi (oui, on ose !) ces tutoriels, via des partenariats, permettent d’envoyer des dons à diverses associations et initiatives. De quoi nous mettre l’eau à la bouche. Et si on commençait par la recette des Onigiri, en avant-première pour Shoelifer ?

 

Des tutos et des dons

Ce n’est qu’une initiative parmi d’autres qu’ont pris Noëlle Bouayad et son chef de mari Masta (ou Yusuke Furukawa) depuis le début de ce confinement. Le principe ? Offrir aux internautes des recettes de cuisine. En contrepartie, des produits alimentaires sont donnés par les fournisseurs partenaires d’Iloli à l’association Jood, qui distribue des repas dans les centres d’accueil prévus pour les plus démunis et les sans-abris. Mais le couple de restaurateurs fait plus. Autre action à saluer : avec d’autres chefs, Masta concocte des repas envoyés au personnel soignant des hôpitaux casablancais…

Des recettes savoureuses mais faciles

Iloli publie donc deux recettes (faciles) par semaine sur sa chaîne YouTube, accompagnés de posts sur son compte Instagram sous le nom de la mini-émission “Hada Oishii !”. Kesako ? “Hada” en arabe (faut-il vraiment le traduire ?) et “Oishii”, qui signifie “bon” en japonais. Les recettes reprennent les fondamentaux de la cuisine, et peuvent être réalisées par les plus novices : les premiers épisodes donnent des astuces pour réussir à la perfection la cuisson des pâtes ou du riz. La recette des spaghettis à l’œuf mollet est quasiment inratable. Témoignage de la rédac, pour en avoir testé quelques-unes, elles sont faciles et vraiment délicieuses.

Au-delà des recettes, on aime le côté ludique des vidéos, leur hommage aux mangas monté par Patrick Arnoux, si emblématiques du Japon, et la participation de Meyssa et Leyth, les enfants de Noëlle et Masta. Pourquoi ne pas réaliser une des recettes en famille ? A commencer par celle d’aujourd’hui : “les onigiri, comme dans les Pokémons”!

La recette : onigiri d’Iloli au saumon & rillettes de thon

Voici la recette que vous pourrez suivre sur la dernière vidéo 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

La recette des onigiri ? @masta_iloli @patrick.arnoux @senseiprod.ma

Une publication partagée par ILOLI japanese gastronomy (@iloli.casablanca) le

Ingrédients pour 4 portions:  

100g de riz rond à paella
50g de darne de saumon grillé
20g de petits pois
5g de sésame
5g de ciboulette ciselée
2 cuillères à café d’huile de sésame
2 cuillères à café de sauce soja
1 feuille de nori
20g de thon en conserve (nature idéalement ou à l’huile)
2 cuillères à café de sauce soja
20g de mayonnaise
200ml d’eau salée (avec 20g de sel)

La préparation (par Meyssa et Leyth)

Tout d’abord, préparez le riz comme papa l’a expliqué sur la page Instagram d’ILOLI

Ensuite, réduisez en miettes la darne de saumon grillé dans la poêle et ajoutez l’huile de sésame et la sauce soja.

Mettez la préparation dans un bol, avec le riz encore un peu chaud. Ajoutez-y les petits pois, la ciboulette, le sésame, et mélangez bien.

Avant de faire les « onigiri », lavez bien vos mains et trempez-les dans l’eau salée (pour donner un goût salé au riz et pour qu’il ne colle pas aux doigts).

Formez une boulette en triangle en la pressant entre vos 2 mains, mélangez le thon avec la mayonnaise et la sauce soja. Ensuite, introduisez cette la farce au coeur de la boule de riz toujours tiède.
Découpez une feuille de nori en la pliant 3 fois en 2 pour créer 8 rectangles.
Collez cette bande de nori sur le riz en entourant la base du triangle.
C’est prêt!  

Iloli tient à remercier pour l’élaboration de ses vidéos :

Production: AGENCE 20’9 [email protected]
Réalisation-Montage: Patrick Arnoux [email protected]
Infographie: Wassime Wahid [email protected]
Sous-titrage: SENSEI PROD [email protected]

N’hésitez pas à partager avec @Iloli.Casablanca ou avec nous sur @Shoelifer les images de vos chef d’œuvres culinaires, avant dégustation bien sûr.

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.