LOUIS VUITTON AU MAROC : LA HAUTE JOAILLERIE FAIT SENSATION À MARRAKECH

louis vuitton au maroc

Après Monaco en 2021, c’est à Marrakech que Louis Vuitton a posé ses bagages (et ses bijoux) pour la présentation de sa nouvelle collection de haute joaillerie. La Maison y a dévoilé, à une clientèle – ultra – prestigieuse, les bijoux virtuoses de Louis Vuitton Spirit signés Francesca Amfitheatrof. C’était fin juin dernier et Shoelifer, qui y était, vous raconte comment Louis Vuitton au Maroc a fait vibrer la ville ocre. 

En matière de haute joaillerie comme en matière de Haute Couture, la présentation d’une collection doit toujours faire sensation. Ce principe, les équipes Vuitton ne le connaissent que trop bien. Et le dévoilement de Louis Vuitton Spirit – la quatrième et la plus spectaculaire ligne de bijoux de prestige de la Maison en a été une des brillantes démonstrations. Louis Vuitton au Maroc ? Oui, vous avez bien lu. Plus précisément à Marrakech, où une clientèle internationale prestigieuse a été rassemblée autour d’une collection de haute volée joaillière et a pu découvrir, durant quelques jours d’exception, le meilleur de la cité ocre et de sa région. Au programme ? Le Royal Mansour où la collection a été présentée, mais aussi la Mamounia, le Selman ou encore le désert d’Agafay. Plusieurs diners ont jalonné ces 6 jours de festivités dont certains ont marqué les esprits comme celui organisé pour la presse et les célébrités au Musée des Confluences Dar El Bacha. Étaient notamment présents les actrices Chloë Grace Moretz et Riley Keough, la journaliste et ancienne rédactrice en chef de du CR Fashionbook, Carine Roitfeld ou encore le blogueur philippin Bryanboy. Mais le clou du spectacle reste sans conteste le dîner de gala assis placé organisé à l’Oberoi et orchestré par le chef Yannick Alléno. Les invités triés sur le volet de la Maison Vuitton – dont certains marocains – ont pu y découvrir les pièces phares de la collection à l’occasion d’un défilé et même terminer la soirée sur une note festive avec un showcase exclusif de Kylie Minogue ! Concept, scénographie, pièces maitresses… On vous dit tout de cette nouvelle collection présentée en grande pompe à Marrakech. 


Une collection-évènement

125 pièces d’exception, 5 univers, 40.000 heures de travail, plus de trois ans de recherche pour réunir des pierres d’exception… Francesca Amfitheatrof, directrice artistique de la joaillerie et de l’horlogerie chez Louis Vuitton, a mis la barre très haut pour concevoir la toute dernière collection de haute joaillerie du célèbre malletier français. Baptisée Spirit, cette nouvelle (et quatrième) édition de pièces joaillières se veut être un hommage à “l’esprit” de la Maison, caractérisé par “la liberté, le dépassement de soi et la quête de nouveaux horizons”. Avec pour volonté d’incarner la femme Vuitton et sa “féminité libératrice”, Amfitheatrof emprunte les symboles du phénix et du dragon et réinterprète le V emblématique de la Maison, en travaillant minutieusement la forme triangulaire pour jouer de sa taille, de ses pleins et de ses déliés. Avec Spirit, elle dessine ainsi un langage esthétique contemporain sans faire l’impasse sur la virtuosité. 

VOIR AUSSI : HÔTEL DE LUXE : QUOI DE NEUF DANS LES PLUS BELLES ADRESSES DU ROYAUME CET ÉTÉ 2022?


Déclinée en plusieurs lignes

La collection Spirit se décline en cinq univers conceptuels qui donnent à voir l’entièreté de la maîtrise et du savoir-faire des ateliers Vuitton. Les 22 pièces de Liberty (colliers, bracelets, boucles d’oreilles) sont une invitation au voyage et à la découverte de nouveaux horizons : le motif damier emblématique des fameuses malles se retrouve dans les compositions de diamants taille princesse et triangle qui jouxtent les saphirs et les émeraudes de Colombie. La ligne Destiny s’inspire quant à elle de l’héritage de la marque en multipliant les constructions associant triangles endiamantés et diamants en Fleur de Monogram (dont la taille rappelle le fameux sceau de la Maison), le tout rehaussé par des rubis du Mozambique de plus de 10 carats. Dans l’ensemble Fantasy, c’est l’esprit du voyage qui est convié, à travers des bagues et des bracelets entremêlant or jaune, or blanc et pavages de diamants. À la manière d’une seconde peau d’or et de platine, le collier Radiance, conçu de façon pyramidale, emprunte lui aussi à l’esthétique du damier : au centre des parcelles en or jaune entourées de diamants, trône un grenat mandarin de 10,99 carats qui renvoie, par ses feux orangés, à la fougue de l’aventurière Vuitton. Autre pièce mémorable, le collier Grace évoque deux ailes de phénix qui enlacent le cou de leur propriétaire. Ce collier ailé, formé d’un double V et composé de diamants est orné, en pendentif, d’une impressionnante tsavorite d’un vert profond de 65,26 carats (si, si) provenant d’Afrique de l’Est.


Et présentée dans un écrin somptueux 

Pour magnifier de tels joyaux, la maison Vuitton a fait appel aux frères Campana (qui collaborent déjà aux objets nomades de la marque, NDLR). Ces derniers ont signé, pour l’occasion, une scénographie sur mesure au sein du Royal Mansour Marrakech. Dans le patio, à l’entrée, on pouvait découvrir les anciennes collections de haute joaillerie Vuitton. Après avoir circulé entre des malles transformées en tables et autour d’un œuf-balançoire suspendu sur un podium, on pouvait s’extasier sur les modèles précieux présentés dans des écrins cylindriques en cuir épi, et montés sur des pieds en métal: objet si désirable, qu’on rêverait d’avoir le même dans notre chambre à coucher ! Le visiteur était ensuite invité à pénétrer dans trois pièces successives aux atmosphères chimériques : les murs et vitrines de la première étaient recouverts de plumes bleues, clin d’œil à la résurrection du phénix et à son envol. Ceux de la deuxième étaient parés de fleurs de velours bordeaux et mettaient en lumière les pièces ornées de rubis, tandis que dans la dernière, les cloisons étaient habillées de bois : le mouvement créé par le ciselage évoquait les dunes du désert, et sublimait les bijoux de voyage (sautoirs, bagues, colliers…) en mixant ors jaune et blanc et pavages de diamants. Comble du luxe, au sortir de cette enfilade de salles et les yeux encore emplis de merveilles, le visiteur pouvait solliciter un assistant de la maison Vuitton qui dessinait sous ses yeux des bijoux sur mesure pour satisfaire ses désirs…

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés