9 TIPS POUR MIEUX PRENDRE LE SOLEIL

Soleil, shems, sun. Il apporte à la terre une énergie vitale, booste l’humeur mais transmet également des rayons invisibles qui peuvent avoir des effets négatifs sur la santé. Le soleil s’apprivoise à coups de produits protecteurs et de règles de bons sens. Comment utiliser sa crème de protection ? Quelle texture choisir ? Quels sont les réflexes à adopter ? On démêle le faux du vrai.

1 – SPF, IP, FPS : ces sigles signifient la même chose.
Vrai. SPF est l’acronyme de Sunburn Protection Factor. Facteur de Protection Solaire ou encore Indice de Protection sont des synonymes en français. Les trois sigles désignent un indice mesurant le niveau de protection d’un produit solaire et traduisant le temps durant lequel il est possible de s’exposer avant de prendre un coup de soleil. Plus cet indice est élevé, plus l’action de photoprotection du produit est élevée : ses valeurs s’étendent de 6 (protection faible) à 50+ (très haute protection). Exemple : si on attrape un coup de soleil sans protection solaire au bout de 10 minutes, un produit avec un FPS 6 assurera une protection de 60 minutes (6 x 10 minutes).

2 – Seuls les UVB entraînant des coups de soleil sont nocifs.
Faux. Les UVA ont longtemps été considérés comme inoffensifs, mais il est désormais admis que 75 % d’entre eux sont susceptibles de dégrader l’élastine et le collagène, d’atteindre l’ADN et de favoriser ainsi l’apparition de cancers cutanés. Depuis peu, les laboratoires intègrent d’ailleurs dans les formules des produits solaires des filtres anti-UVA. Un ratio entre anti-UVB et anti-UVA de 1 à 3 est observé. Exemple : Une crème FPS 30 doit afficher un facteur de protection anti-UVA de 10.

Vallée Village 970×250

3 – Les infrarouges (IR) sont cools
Vrai et faux. Le rayonnement des infrarouges est ressenti sous la forme de chaleur et ce réchauffement peut être interprété comme un signal d’alarme : « Arrêtez l’exposition ! » La dangerosité des infrarouges tient au fait qu’ils sont capables de pénétrer dans la peau en profondeur, de provoquer des lésions de l’ADN, d’induire un photovieillissement accéléré et d’altérer le fonctionnement des cellules. Or, il n’existe pas à ce jour de molécule capable d’absorber le rayonnement infrarouge. En attendant, les laboratoires incluent dans leurs formules des réflecteurs pour atténuer ce rayonnement ; une sorte de bouclier qui bloque les infrarouges à la surface de la peau.

4 – L’exposition prolongée exige une application répétée du produit solaire
Vrai. L’application doit être renouvelée toutes les deux heures, après chaque baignade, lorsqu’on a transpiré ou après l’usage d’une serviette de plage. Le produit s’applique sur la peau sèche et en quantité suffisante : 1 cuillerée à café pour le visage et 2 à 3 cuillerées à soupe pour le corps, que l’on lézarde sous un parasol ou par temps nuageux.

5 – J’ai le teint très mat. Je peux bronzer sans risque en utilisant un produit à FPS 15.
Faux. Lors d’une exposition prolongée (plage, piscine, randonnée, etc.), il ne faut jamais descendre sous la barre des 15 à 25 pour les peaux noires, 30 pour les peaux mates et 50 à 50+ pour les peaux claires. L’indice est revu à la baisse au fur et à mesure que la peau s’habitue au soleil, et donc au fur et à mesure qu’elle bronze.

6 – J’utilise une crème IP 50+. Je peux sans risque faire la sieste au soleil, après le déjeuner, aux alentours de 13 h.
Faux. La tranche horaire la plus dangereuse en termes d’intensité solaire est celle comprise entre midi et seize heures (GMT). Il est important de toujours garder à l’esprit que, même généreusement enduite de crème solaire, la peau risque de brûler en cas de fort ensoleillement. Par ailleurs, ce risque est d’autant plus élevé que la peau est claire.

7 – Pour des activités quotidiennes en ville, porter une crème de protection solaire FPS 50+ est nécessaire.
Faux. Pour des activités quotidiennes durant lesquelles l’exposition est de courte durée (conduite en ville, marche sur de courtes distances, café rapide en terrasse, etc.), un soin de jour et un fond de teint sont largement suffisants si l’un ou l’autre contient un écran solaire (SPF) de 15.

8 – Pour protéger son visage pendant une exposition, les produits à texture crème sont les plus efficaces.
Faux. Qu’il s’agisse d’une huile, d’une crème, d’une brume ou d’un fond de teint, la protection est la même. Le choix d’un produit solaire se fait en fonction du phototype (sensibilité de la peau aux UV) mais aussi du type de peau. Ainsi, une peau claire (mixte à grasse) optera pour un produit à très haute protection (FPS 50+) en texture fluide qui va protéger tout en matifiant. À l’inverse, une peau à tendance sèche ou déshydratée aura besoin d’une texture plus confortable, telle qu’une crème.

9 – Je suis un homme. J’ai une peau costaude. Je n’ai pas besoin de me protéger le visage.
Faux. Évidemment. Si les peaux masculines sont plus épaisses, elles restent sensibles au rayonnement des UVA, UVB et autres IR. Les formes galéniques des produits de protection solaire sont de plus en plus sophistiquées, avec un fini insoupçonnable, permettant aux hommes de les utiliser plus facilement.

Photographie: Laure Bernard.

Shoelifer Team

Professionnels de la mode et du luxe, ils sont journalistes, stylistes ou photographes et surtout aguerris de longue date à l’exercice du style et de la création. Ils ont participé à la genèse de ce site et collaborent au quotidien, avec fraîcheur et non sans esprit critique, à forger son caractère. Découvrez la petite famille de Shoelifer.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.