LE CAFTAN MAROCAIN ET L’ART DU MARIAGE À L’HONNEUR À ABU DHABI

La 3e édition de l’événement « Morocco In Abu Dhabi » touche à sa fin ce lundi 19 mars 2018. Au cœur du pavillon marocain, Shoelifer vous présentait il y a quelques jours, 4 alcôves étaient dédiées à l’art de notre bien-aimé caftan. Quatre alcôves, une pour chacune des étapes principales des célébrations du mariage dans le royaume, le thème de cette édition. Les visiteurs, émiratis ou étrangers, ont ainsi pu découvrir le cérémonial du henna, de la amariya, de la doura fassia, et enfin de la ouakfa.

30 caftans, choisis parmi les collections de 15 créatrices, illustraient ces 4 tableaux. Laila Benmlih, Naïma Bennouna & Zineb Lyoubi Idrissi, Houria & Yasmina Benyahya, Samia Berrada, Frédérique Birkemeyer, Meriem Bouafi, Souad Chraïbi pour Renata Couture, Loubna & Samia Guessous, Fatima-Zahra Idrissi, Zineb Joundy, Lamia Lakhsassi, Zhor Raïs, Houda Serbouti, Siham Tazi, Rabea Telghazi Salmeron, toutes se sont prêtées au jeu pour faire briller le Maroc à Abu Dhabi en confiant plusieurs de leurs plus belles créations du moment. Quant aux accessoires, Zineb Britel pour Zyne, Kenza Bennani pour New Tangier, Rhita Sebti et Badia Tazi ont prêté des pièces d’exception, mises en valeur dans des cloches en verre dans chaque espace. Le tout complété par une amariya, labsa fassia et des parures de mariées mises à disposition par le célèbre chanteur Haj Abdelmoughit, qui propose aussi des services de negafa.

Du caftan traditionnel au caftan moderne en passant par les pièces mariant histoire et mode, le choix des pièces a été fait en fonction de deux principaux critères : le travail de broderie selon son origine géographique ainsi que l’harmonie globale de l’ensemble. Caftans composés ou d’une pièce, badiya, zwak maâlem et broderies florales, soieries et brocards, tons pastel et couleurs chaudes… l’idée était d’offrir une sélection aussi large que possible avec pour seul but, celui de faire rêver.

Chaque jour, les caftans, portés par 8 mannequins marocains, prenaient vie le temps d’un défilé, sur le rythme de la musique andalouse jouée par les musiciens dirigés par Nabil Khalidi. Aux alentours de 18h, les premières notes de musique annonçaient le défilé aux visiteurs.

Aujourd’hui s’achèvent donc 15 jours de mode marocaine et de Couture traditionnelle rythmés telles des noces sans fin, sous la direction de Sofia Benbrahim. Demain, les archets des musiciens seront silencieux et les soies, satins et velours ne fouleront pas les zelliges du pavillon, mais la promesse est faite : rendez-vous l’année prochaine !

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.