LES FILMS À VOIR ABSOLUMENT

L’année 2017 semble bien partie pour être un grand cru cinématographique. Face à l’affluence des sorties, voilà notre top 4 des films qu’il faut absolument avoir vus cette année. Émotions et/ou frissons garantis.

L’histoire d’amour frenchy dont tout le monde parle : Monsieur & Madame Adelman de Nicolas Bedos avec Doria Tillier et Nicolas Bedos.
Le pitch : Comment Sarah et Victor ont-ils fait pour se supporter pendant plus de 45 ans ? Qui était vraiment cette femme énigmatique vivant dans l’ombre de son mari ? Amour et ambition, trahisons et secrets, nourrissent cette odyssée d’un couple hors du commun, traversant avec nous petite et grande histoire du siècle dernier.
Pourquoi on l’aime?
Parce qu’au-delà d’une jolie histoire d’amour, c’est une véritable fresque sur le couple, drôle, acerbe mais touchante, qui tranche avec les comédies sentimentales à l’eau de rose qu’on nous propose d’habitude. En prime, si on n’est pas forcément fan de l’arrogant Nicolas Bedos en tant que chroniqueur, on l’est de son film et du duo explosif et très crédible qu’il forme à l’écran avec la pétillante Doria Tillier (ex-Miss Météo de Canal+) sa compagne à la ville.

Le drame bouleversant : Moonlight de Barry Jenkins. Avec Alex R. Hibbert, Ashton Sanders, Trevante Rhodes

Le pitch : Moonlight se concentre sur trois moments clés de la vie de Chiron, jeune garçon qui grandit dans un quartier populaire de Miami confronté à une vie familiale difficile et à sa sexualité naissante.
Pourquoi on l’adore ?
Parce que ce film indépendant qui a décroché l’Oscar du meilleur film (devant Lalaland) est bouleversant de sincérité. Inspiré d’une histoire vraie et du vécu du réalisateur Barry Jenkins (à la seule différence que ce dernier n’est pas gay), il suit le parcours d’un jeune homosexuel noir issu d’un quartier pauvre de Miami avec un réalisme poignant : il évite les clichés, les stéréotypes et dévoile des personnages complexes, jamais complètement noirs ni blancs.

Le film d’aventure : Gold De Stephen Gaghan avec Matthew McConaughey, Bryce Dallas Howard, Edgar Ramirez

Shoelifer x Anfaplace – Megabanner

Le pitch : Kenny Wells a grandi dans le milieu des chercheurs d’or. Tout comme son père, il n’a pas peur de gravir des montagnes et de creuser le sol pour faire fortune. Mais dans un monde où le simple jeu du hasard peut faire la différence entre un milliardaire et un loser absolu, on ne peut pas dire que la chance lui ait souri. Pourtant, Kenny incarne l’esprit d’entrepreneur par sa foi inébranlable dans sa capacité à surmonter tous les obstacles. Il vend donc le peu qu’il lui reste et part en Indonésie. Il a la conviction qu’il va trouver de l’or dans l’une des jungles les plus denses et les plus terrifiantes du monde : Bornéo. Après s’être associé avec le légendaire géologue Mike Acosta, ils vont devoir affronter ensemble la nature, les institutions financières de Wall Street et les pires complots…Pourquoi on l’aime ?
Inspirée d’une histoire vraie, cette passionnante success-story qui tourne mal nous tient en haleine du début à la fin. Surtout, Matthew McConaughey (Dallas Buyers Club, Mud), méconnaissable, (à moitié chauve et avec 20 kilos de plus) est génial dans le rôle d’un chercheur d’or complètement barré, mythomane, excessif et caractériel.

Celui qu’on attend avec impatience : The Death and Life of John F. Donovan, de Xavier Dolan. Avec Kit Harrington, Jessica Chastain, Susan Sarandon…

Le pitch : Une star hollywoodienne entretient une relation secrète avec un jeune britannique, alors que la rédactrice en chef d’un tabloïd tente de détruire sa vie.
Pourquoi on va courir le voir ?
Parce qu’à chaque film du jeune cinéaste canadien (Mommy ou Juste la fin du monde) on prend une claque et on n’en sort pas indemne. Et côté casting, ça ne plaisante pas : Jessica Chastain, Kit Harrington (Jon Snow de Games of Thrones), Susan Sarandon, Taylor Kitsch, Natalie Portman et la chanteuse Adèle. Il ne reste plus qu’à prendre notre mal en patience, la date de sortie n’étant pas encore disponible…

Alixanne Chapon

Anxieuse de nature, quand elle n’écrit pas pour se défouler Alixanne passe la majeure partie de son temps à arpenter les rues de Paris à la découverte de bons plans, à chiner –la déco étant l’une de ses passions–, ou tout simplement à deviser des heures durant (toujours sur des sujets hautement philosophiques bien sûr) avec ses ami(e)s. Elle a commencé à écrire il y a plus de huit ans au Maroc, son pays natal –et de coeur. Depuis quatre ans, elle vit dans le 12e arrondissement de la capitale française et a collaboré avec de nombreux supports (So chic, Capital, Management, 7X7.press, etc.). Ce qui ne l’empêche pas de rentrer régulièrement à Casablanca et Marrakech afin de retrouver les siens et de se mettre au vert…

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.