Comment adopter la ceinture ?

Cette saison sur les podiums, la boucle est bouclée. L’accessoire de taille ? La ceinture, en particulier dans sa version corset très « 50’s shades of bourrelets », qui s’impose comme un des leitmotivs de l’automne-hiver. Tour de la question.

Quand la taille s’épaissit…

La ceinture en elle-même n’a jamais vraiment quitté nos dressings. Depuis quelques saisons, on avait opté pour la version fine, parfois nouée, ou éventuellement la ceinture d’homme, alors que la ceinture large se voyait reléguée au rang de vestiges des années 2000. Cette dernière revient cet automne-hiver, chez Isabel Marant ou Saint Laurent par Hedi Slimane : bien épaisse, portée à la taille. Mais l’outsider que l’on n’avait pas vu venir, c’est bien la ceinture corset, véritable réincarnation de la prison d’antan, revue et corrigée par les créateurs. Taxé de réactionnaire, le corset, longtemps réservé aux professionnelles du pavé et actrices de films western classés X, puis réinventé par Jean Paul Gaultier dans les années 90, prend d’assaut les podiums, sous forme de ceinturon. Le premier à corser la ceinture ? A l’hiver 2012-2013, déjà, Haider Ackermann proposait une version structurée du ceinturon, très proche du corset. Et si, en 2015, Riccardo Tisci fait lui aussi ses lacets, cette saison, le corset s’impose sur des manteaux chez Prada, Balmain, Loewe, Louis Vuitton ou encore Alexander McQueen, entre futurisme et célébration d’une féminité guerrière.

Vallée Village 970×250

Mode d’emploi

Première règle, oublier le côté fatal du corset, souvent associé à la lingerie, pour l’appréhender comme une ceinture « normale » qui a pour but de dynamiser et équilibrer la silhouette. Le mieux ? Faire contraster les volumes ! On l’arbore avec de l’oversized donc, plutôt qu’avec des vêtements moulants, afin d’éviter toute ressemblance avec la doublure de Christina Aguilera dans Lady Marmelade (on a vu mieux question bon goût). Blouses, robes, manteaux, on privilégie des pièces imposantes que l’on vient cintrer pour une allure calibrée. Pour celles qui n’oseraient pas tailler dans le lard, autant adopter la version light du corset, la ceinture large à boucle carrée et encore mieux –si on l’assume– en cuir verni ou vinyle.

Pour ou contre ?

Le retour de la ceinture corset est une aubaine pour les adeptes de la taille de guêpe. Mais à n’adopter que si son potentiel vulgarité est maîtrisé. L’association ceinture corset + robe bondage entre en effet sans effort au panthéon de l’indécence, à côté de la sextape de Kim Kardashian. D’aucuns diront aussi que cette tendance du laçage tendance gigot rappelle les pires traditions goth’ et SM des podiums. Pour afficher la bonne taille, mieux vaut donc être pointue. On osera bien volontiers la ceinture corset épaisse, au laçage frontal, vue sur les silhouettes de Prada, portée sur une tunique minimaliste afin d’être de taille à affronter le quotidien.

Soraya Tadlaoui

Amoureuse de mode et d’(entre)chats, Soraya Tadlaoui a étudié à Paris la conception rédaction et la danse. Après une première expérience auprès du service de presse de Burberry, elle fait ses armes à la rédaction d’ABCLuxe, au Glamour, en tant que styliste photo auprès du Bureau de Victor agence de photographe, puis à L’Express.fr/Styles. En 2009, elle s’envole pour New York à la poursuite de ses deux passions, avant de tenter l’aventure casablancaise en 2011. Elle intègre alors la rédaction de L’Officiel Maroc. Depuis, professeur de danse, styliste, rédactrice freelance pour différents supports de presse, éditrice de contenus en communication éditoriale et rédactrice web pour le webzine nssnss.ma, elle surfe sur la tendance et sur les petites vagues de Dar Bouazza.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.