MAISON MB BY MYRIAM BOUAFI : « JE N’AIME PAS CRÉER DES VÊTEMENTS QUI RESTENT DANS LES PLACARDS »

shoelifer_myriam_bouafi_cuir

Qui dit Myriam Bouafi, pense caftan. Mais cela va changer… La créatrice a dévoilé son nouveau bébé, Maison MB : un label de prêt-à-porter avec une collection centrée sur une matière phare, le cuir. Une nouvelle aventure et un crush mode pour nos dressings d’hiver. On fait les présentations.


Myriam Bouafi ? On connaît déjà ses caftans qui revisitent entre autres chaque année les différentss styles de zwak maâlem. L’année dernière, la rédac’ avait aimé la collection “Zamane” inspirée de modèles vintage… Mais c’est un virage à 180° qu’entreprend la créatrice avec Maison MB. Une nouvelle adresse de prêt-à-porter qui met en avant une matière phare, le cuir. Et une collection chic et sporty, avec des vêtements urbains, aux couleurs franches, à porter comme une seconde peau : attention, crush mode à l’horizon.


La collection ?

Entre esprit rock et coupes droites classiques, dans ce dressing féminin, on retrouve des pièces fortes, résolument intemporelles. “Je n’ai pas voulu m’aventurer dans des coupes farfelues. Quand on achète un vêtement en cuir, on a envie de le garder longtemps. C’est une matière qui vieillit bien, elle devient de plus en plus belle au fil des années… Il suffit d’y ajouter un accessoire comme une ceinture bijou ou autre pour réinterpréter son dressing à l’envi”, confie Myriam Boaufi.

Vallée Village 970×250

Résultat : une ligne contemporaine, pensée pour les working girls et déclinée autour de trenchs bicolores, de pantalons taille haute, de shorts à ceinture élastique, de vestes perfecto, mais aussi de bermudas et de jupes croisées… À enfiler aussi bien au bureau, qu’à la maison.

Je n’aime pas créer des vêtements qui restent dans les placards, j’aime bien imaginer des looks intelligents qui s’adaptent à toutes les envies”, ajoute la créatrice. Car oui, chez Maison MB, les pièces sont souvent versatiles et parfois mêmes, unisexes. Outre le cuir, on retrouve également de la soie sur les portants, avec des chemises fluides unies, oversize ou plus classiques. Les coloris assumés, quant à eux, apportent une bonne dose de pep’s.


Les matières ?

Vous l’aurez compris ici, le cuir est roi. Mais pas n’importe lequel : l’agneau souple. Myriam a également souhaité utiliser une matière première 100% marocaine. “C’est très important pour moi, surtout en ces temps difficiles, d’encourager la production et la consommation locale. Nous avons la chance d’avoir un produit qui se distingue par la qualité de sa texture, son éclat, son toucher doux… que même les grandes maisons de couture nous envient. J’utilise du cuir d’agneau pour mes pièces phares. Mais il m’arrive aussi d’utiliser de la vachette, plus rigide et qui a plus de tenue, pour des jupes longues ou des manteaux, par exemple”, nous dit-elle.

Et lorsqu’on lui demande pourquoi cet engouement soudain pour le cuir, elle explique: “J’ai toujours adoré cette matière. Je la trouve très noble, c’était une évidence pour moi. J’ai fait le tour des tanneries, je me suis documentée… Quant aux couleurs, j’ai voulu attirer l’attention avec des teintes fortes, comme le bleu pétrole ou le rouge. Mais j’ai aussi adouci le tout avec des couleurs plus automnales, comme le bordeaux, le kaki ou encore le grège.”


Les pièces phares de la collection ?

Quelques must-have ont déjà attiré notre attention. Notamment le perfecto (un grand classique, indémodable), ou le gilet versatile, décliné dans plusieurs longueurs. Sans ceinture, c’est une veste large, avec, il se transforme en robe. Notre coup de cœur à la rédac’? Peut-être le pantalon camel oversize à porter avec des chaussures compensées ou des baskets. Sans oublier les capes aux coupes structurées. So chic.


Un pari fou ?

Le déclic pour développer cette nouvelle marque ? Le confinement ! “C’est un rêve que j’avais depuis longtemps et qui est enfin devenu réalité. La collection a vu le jour pendant le confinement. J’ai démarré timidement le travail du cuir il y a deux ans, en confectionnant des pièces pour mes filles et mes amis. Mais je n’arrivais pas à y consacrer du temps…Je n’ai pas eu le courage à l’époque. Avec l’arrivée de la pandémie, le caftan étant à l’arrêt, il a fallu malgré moi que je travaille sur un autre projet, que je me diversifie : je reste une femme active. C’est là que j’ai pu concrétiser cette envie. Ma première collection automne-hiver a vu le jour il ya deux mois de ça, et je suis très contente des retours”.


Et pour la suite ?

Je ne laisse pas tomber le caftan pour autant. Je travaille sur les deux identités en même temp : j’aime les challenges ! Mais j’ai également deux jeunes filles (actuellement étudiantes en école de commerce), on se concerte énormémentJ’aimerais qu’elles prennent la relève par la suite de maison MB, même si, pour l’instant, j’arrive à faire le grand écart ! Je suis en train de préparer la collection printemps – été, qui sera différente.. Mais toujours en travaillant le cuir par touches, par détails, car c’est l’identité même de la marque. Je compte également introduire davantage de travail marocain dans mes créations, comme des finitions avec akaâds, de la sfifa… Histoire de faire le lien entre la marque Myriam Bouafi et Maison MB. Mais je ne vous en dis pas plus, je vous réserve tout de même quelques surprises!


Comment shopper ?

La collection est disponible dans le showroom de la créatrice à Casablanca, à partir de 1000 DH.

Myriam Bouafi x Maison MB
Rue Tan Tan, quartier Bourgogne Casablanca.
Tél. +212 667 672 768

Photo(c) Maison MB

Charlotte Cortes

Une fois son master de l’ESJ Paris en poche, c’est entre la capitale française et sa ville de cœur, Casablanca, que Charlotte fait ses premières armes. Quotidiens d’informations, radio, post-production télévisuelle… touche-à-tout, cette journaliste mue par le désir d’en apprendre toujours davantage rejoint diverses rédactions (Metro, Atlantic Radio…) avec le désir de se frotter à différents médias. C’est à son retour au Maroc en 2015, que le lifestyle s’impose à elle, tout naturellement. Une évidence qui la pousse à intégrer le lifeguide Madame Maroc, dont elle deviendra rédactrice en chef trois ans plus tard. Depuis, elle écume les belles adresses du royaume à la recherche constante de nouveaux labels et autres hot spots. Aujourd’hui, c’est à Shoelifer qu’elle prête sa plume et son enthousiasme pour gérer la programmation du webzine. Ne vous y trompez pas, sous ses airs affairés cette pétillante brunette ne rêve que de danses endiablées, de plages désertes et… de bons plans mode, évidemment.

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés