ÉTÉ 2022 : COMMENT SURVIVRE À UN VOL DE NUIT ?

été 2022

Cheveux en bataille, peau qui tiraille, jambes lourdes… après un voyage en avion, on se sent rarement au top. Surtout s’il s’agit d’un long courrier et qu’on opte pour un vol de nuit. Grâce à ces quelques astuces, vous serez (enfin) en mesure de voyager en beauté cet été 2022 !

Vous n’y tenez plus. Dans quelques jours, vous vous envolerez vers la destination choisie pour vos vacances de l’été 2022. Mais que vous partiez à l’autre bout du monde ou à seulement quelques heures de vol, c’est toujours la même rengaine. Pas facile, en effet, de sortir fraîche et pimpante de l’avion. La faute à l’air sec qui assèche notre peau, la pression atmosphérique qui perturbe la circulation sanguine et à la position assise que l’on garde (trop) longtemps. Ajoutez à cela la fatigue d’un vol de nuit et vous voilà avec une bien triste mine. Mais rassurez-vous, il est possible d’y remédier. Après avoir partagé avec vous nos produits de beauté indispensables pour les vacances, voici les 5 habitudes à prendre pour survivre à un vol de nuit.


1 – Repérer son siège longtemps à lavance

La beauté c’est aussi (et surtout) un bon sommeil. Si l’on n’a pas les moyens de s’offrir la classe affaires (ce qui est le cas de la majorité d’entre nous), on choisit son siège longtemps à l’avance afin de roupiller suffisamment pour faire une entrée triomphale à Zanzibar. L’appli Seatguru permet de repérer les meilleurs sièges (et les pires options) à bord des différents appareils des principales compagnies aériennes. Surtout, avec Seatguru, on peut comparer ces dernières : espacement entre chaque rangée de sièges, prestations en vol, etc. Tout est passé au crible pour faciliter le choix de la voyageuse. Très utile pour préparer au mieux votre escapade de l’été 2022.


2 – Arriver KO au guichet denregistrement

Faire une longue sieste avant de prendre l’avion pour la nuit ? On se dit qu’une fois dans l’avion, entre le système de divertissement à tester, le dîner, un roman à terminer et la discussion avec le voisin, on ne verra pas le temps passer et qu’on rattrapera le sommeil perdu une fois arrivés à destination. Très mauvais plan. C’est le meilleur moyen de ruiner la première partie de son séjour. L’astuce consisterait plutôt à arriver à l’aéroport avec une seule envie : fermer les yeux et dormir ! Cet été 2022, le jour de votre départ, essayez de vous réveiller trois heures plus tôt, de bouger pendant la journée et d’éviter les boissons excitantes. Autant de moyens simples, mais efficaces utilisés par les globe-trotteurs habitués à aborder sereinement les longs vols de nuit. En revanche, les somnifères sont une fausse bonne idée. Ces psychotropes inducteurs de sommeil peuvent provoquer des hallucinations, surtout lorsqu’ils sont pris dans un environnement peu propice à la détente. Mieux vaut éviter ce genre d’expérience à 10.000 mètres d’altitude. On aide plutôt son organisme avec un somnifère naturel comme la valériane, vendue sans ordonnance. Il est conseillé d’avaler deux gélules (de 350 mg de principe actif) pendant le dîner et deux autres au coucher. Beauty sleep assuré, même coincée au fin fond de la classe éco d’un Tupolev millésimé. Enfin, conseil terre à terre, mais judicieux : on monte à bord la vessie vide.


3 – Shabiller confortable, mais chic

On oublie les tailleurs, mais aussi les robes courtes et, évidemment, les pantalons slim. On mise sur des tenues confortables dans des matières naturelles et sur une grande et élégante écharpe pour survivre à l’air conditionné en cabine. La pressurisation et la diminution de l’humidité aidant, les pieds risquent de gonfler. Le confort est donc également de rigueur côté chaussures (jamais de pompes neuves). Les habituées des longs vols de nuit se déchaussent, enfilent une paire de grosses chaussettes et remettent leurs souliers une heure avant l’atterrissage. Ainsi les petons enflés peuvent s’habituer de nouveau à être enfermés.

Cela dit, voyager confortable ne signifie pas être négligé : une tenue à la fois casual et élégante (en plus d’une attitude courtoise) joue grandement en votre faveur si la compagnie décide de surclasser des passagers…


4 – Bouger et sobliger à boire 1.5 litre deau au minimum

Lair de la cabine est particulièrement sec : il est prélevé (puis traité par des compresseurs) à plus de 10.000 mètres et à cette altitude, il contient très peu deau… Une fois passé le contrôle de sécurité, on achète donc une grande bouteille deau plate à boire pendant toute la durée du vol, ce qui évite de sonner les PNC pour avoir un verre deau à tout bout de champ. On sabstient de boire des boissons gazeuses qui ne feraient quaccentuer la sensation de ballonnement due à la variation de pression entre le décollage et laltitude de croisière. Enfin, faut-il le rappeler, on fait limpasse sur le verre de vin, le gin tonic ou le whisky soda en plein vol. Leffet de lalcool est plus sensible et plus rapide à cause de la petite baisse doxygène en cabine. Un verre, cest glamsur le moment, mais ça lest nettement moins à larrivée : déshydratation et mine affreuse assurées lors du passage des formalités de douane et dimmigration.

Après le dîner, se dégourdir les jambes en marchant dans la cabine est recommandé, quoique souvent difficile. Qu’à cela ne tienne, il existe des exercices praticables sans quitter son siège ni déranger son voisin. La compagnie australienne Qantas, dont les clients sont habitués à faire de très longs vols, propose une série de mouvements à effectuer assis, pour favoriser la circulation sanguine. Des exercices qui sont également adaptés au bureau. Et pour se détendre avant de piquer un somme, on peut aussi tester le yoga


5 – Emporter le (juste) nécessaire

Gros délire sur la trousse beauty. Beaucoup sont tentées de ne rien embarquer de peur de se faire confisquer leurs tubes au portique de sécurité. Dautres font du zèle en emportant des produits aussi inutiles quencombrants. Les consignes sont claires : on peut transporter des liquides (y compris des crèmes ou gels) dans son sac à main, mais en petites quantités (100 ml maximum par produit avec une limite de 1 litre pour lensemble) et placés dans un sac en plastique transparent refermable. Loption chic ? Une vraie trousse acceptée en cabine, comme celle en plastique transparent de la marque Kiko Milano qui vient d’ouvrir une boutique à Arribat Center Rabat. Cet été 2022, on y met sept grands classiques et pas un de plus :

– Un sérum pour booster les processus naturels de réparation du contour des yeux. À poser avant de dormir et au réveil : Advanced Night Repair Eye Serum dEstée Lauder 800 DH, 15 ml).

– Un soin de nuit et de jour, versatile, qui joue aussi le rôle de masque. Le best-seller Baume Beauté Eclair de Clarins (466 DH, 50 ml) est celui qui remporte les suffrages des grandes voyageuses. À appliquer généreusement avant de se coucher puis au réveil. On peut aussi en mettre une lichette sur ses mains en insistant sur le pourtour de longle.

– Des lingettes démaquillantes, pour nettoyer son visage avant de dormir et au réveil. Elles peuvent faire office de gant de toilette pour une douche sèche rapide avant latterrissage… Lingettes démaquillantes Créaline H2O de Bioderma (85 DH).

– Un stylo éclat à poser sur le bombé du visage, le contour de l’œil et des lèvres pour accrocher la lumière et effacer les traces de fatigue avant de débarquer : Touche Éclat, Yves Saint Laurent (460 DH, 15 ml).

– Le top des déodorants sans parabènes et sans alcool : Détranspirant intensif de Vichy (89 DH, 50 ml). 

– Des gouttes oculaires Innoxa (99 DH, 10 ml) pour aider les petits yeux à affronter la sécheresse de lair en cabine et ouvrir le regard à latterrissage.

– Un baume super hydratant et réparateur, à utiliser partout où vous risquez leffet peau de croco à cause de la clim, mais aussi comme baume à lèvres : Eight Hour Cream dElizabeth Arden (391 DH, 50 ml, disponible sur www.brandsandbeauty.ma).

été 2022

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés