TACHES BRUNES : LES SOLUTIONS POUR EN VENIR À BOUT

taches brunes

Les taches brunes vous mènent la vie dure ? Rassurez-vous, il existe aujourd’hui plusieurs solutions qui permettent de les faire disparaître. Ou tout du moins de les atténuer. Quelle technique privilégier ? Quels actifs adopter ? On fait le point avec la docteure Zineb Terrab, dermatologue à Casablanca.

Soleil, changements hormonaux, irritation, acné, âge…les causes liées à l’apparition de taches brunes sont multiples. Quelle qu’en soit l’origine, le constat reste le même. Suite à un facteur déclenchant, le corps produit en excès de la mélanine. Un pigment naturellement présent dans le corps qui détermine notamment la couleur des yeux, des cheveux et de la peau. Cette accumulation provoque alors l’apparition de taches brunes, également appelées taches pigmentaires. Elles apparaissent le plus souvent sur le visage, le décolleté et le dos des mains. Jugée disgracieuse, cette hyperpigmentation est généralement associée au vieillissement, mais pas seulement. On pense notamment au mélasma ou chloasma, plus connu sous le nom de masque de grossesse, mais aussi aux taches pigmentaires qui surviennent après une exposition au soleil prolongée. Si la distinction n’est pas toujours évidente à faire, elle est primordiale. Car “on ne traite pas des taches de vieillesse ou un mélasma de la même manière”, prévient la docteure Zineb Terrab. Ainsi, dès lapparition d’une hyperpigmentation, une consultation chez un dermatologue est nécessaire pour entamer le traitement le plus adapté. D’autant que certaines taches brunes peuvent être précancéreuses, d’où la nécessité de les faire vérifier. 

Lire aussi : https://shoelifer.com/beaute/infusia-nouvelle-marque-beaute-naturelle-marocaine/


Les différentes taches brunes

On retrouve deux familles principales de taches brunes : les lentigos et les mélasmas”, explique Zineb Terrab. Dans le premier cas, on parle de lentigos séniles et de lentigos solaires qui, comme leur nom l’indique, sont dus à l’âge et au soleil. Ici, les taches sont de petite taille et bien délimitées. Elles apparaissent le plus souvent sur le visage, notamment au niveau des tempes, sur le décolleté et le dos des mains. Tout le monde développe du lentigo avec l’âge mais certaines personnes, en fonction de leurs prédispositions, en développent plus tôt lorsqu’elles vont au soleil”, précise Zineb Terrab. Même s’il est difficile de dresser le portrait type d’une personne sujette à l’hyperpigmentation, les taches de vieillesse sont plus fréquentes sur les peaux claires. 


La deuxième catégorie concerne le mélasma. “Dans ce cas-là, les taches sont beaucoup plus diffuses et étalées. Elles se logent généralement au niveau des joues, au milieu du front et sur la moustache”, détaille la docteure. Bien que ce type de pathologie soit communément appelé masque de grossesse, le terme de mélasma est plus approprié puisqu’il peut apparaître à tout moment. Et pas seulement chez les femmes. Selon les pays, il peut concerner jusqu’à 10% d’hommes. Parmi les causes, on retrouve les facteurs dits de base comme la prédisposition génétique et un changement hormonal, causé généralement par la prise de pilule contraceptive ou une grossesse. Viennent ensuite les facteurs déclenchants (soleil, chaleur et irritation) qui vont provoquer la surproduction de mélanine. “Sous l’effet de la chaleur, les vaisseaux se dilatent et cette hypervascularisation accentue la pigmentation des taches.” Ainsi, en plus d’éviter au maximum de s’exposer au soleil, il est conseillé de s’éloigner des sources de chaleur (feu de cheminée, barbecue, hammam…) dès lors que des taches brunes apparaissent. 

L’irritation est également considérée comme un facteur déclenchant de l’hyperpigmentation. “En allant au hammam, en plus d’être exposées à une forte chaleur, beaucoup de personnes se frottent le visage avec le gant rêche. De même, elles ont souvent recours à des masques et gommages traditionnels à base de citron. Enfin, de nombreuses femmes s’épilent le duvet voire le visage entier à la cire ou au fil. Tous ces comportements sont très agressifs. Ils vont provoquer une inflammation qui, même sans l’apparition de rougeur au préalable, peut donner une tache brune”, alerte la docteure. Là encore, il n’est pas possible de dresser un portrait type de personnes sujettes au mélasma. Néanmoins, plus on s’expose à des facteurs favorisants, plus on prend de risques. Les peaux foncées sont également plus sujettes à ce problème. Daprès lAcadémie américaine de dermatologie, le mélasma touche près de 5 millions d’Américains.


À chaque type de taches brunes son traitement

Dès l’apparition de taches brunes, il est obligatoire d’appliquer un écran solaire toute l’année (si ce n’est pas déjà le cas) et de stopper la pilule. Ensuite, il est recommandé de se rendre chez un dermatologue pour discuter du traitement à adopter. “Pour les lentigos, le principe est de détruire la couche superficielle de l’épiderme qui contient cet excès de mélanine”, explique la spécialiste. Dans ce cas-là, on peut se tourner vers un soin au laser, un traitement à l’azote liquide (méthode de cryothérapie qui détruit la tache par le froid) ou encore vers un peeling localisé. Le tout en complément de crèmes hydratantes, apaisantes et dépigmentantes. Suite à chaque traitement, la peau va peler, croûter puis tomber pour laisser apparaître une nouvelle couche d’épiderme rose. Inutile de préciser qu’on ne soigne pas un lentigo la veille d’une soirée et qu’on préfère le faire en hiver. 

 

Le mélasma est quant à lui un peu plus difficile à traiter. Il faut d’abord réussir à déterminer s’il s’agit d’un mélasma post-inflammatoire, survenu à la suite d’un comportement irritant, ou d’un mélasma non lésionnel, provoqué par une exposition au soleil. Dans le premier cas, le médecin peut prescrire de la cortisone qui aura pour effet de calmer l’inflammation. Cette dernière sera associée à des crèmes anti-taches et éclaircissantes. “Lorsqu’on est face à une peau réactive, il faut y aller progressivement et opter pour des dépigmentants doux afin de ne pas enflammer encore plus la peau et risquer d’obtenir l’effet contraire”, explique Zineb Terrab.

Pour le deuxième type de mélasma, le patient pourra se tourner vers des crèmes dépigmentantes plus abrasives, certaines étant réservées au soir et d’autres à la journée. Le mélasma peut également être atténué à l’aide de peptides éclaircissants, généralement bien tolérés par tous les types de peaux. Enfin, Zineb Terrab est parfois amenée à donner de l’acide tranexamique qui permet de réduire le diamètre des vaisseaux sanguins situés au niveau des taches. “Généralement, le médecin commence par prescrire plusieurs traitements, à appliquer localement ou à prendre par voie orale en mixant différents actifs : la vitamine C, des exfoliants (trétinoïne, acide glycolique, rétinol, acides de fruits), des éclaircissants (hydroquinone, peptides de fruits, niacinamide, arbutine…), etc. Si cela ne donne pas de résultats, on peut passer à un traitement en cabinet”.

Lire aussi : https://shoelifer.com/beaute/soins/protection-solaire-uva-longs/


L’importance de s’adresser à un spécialiste

Dans le cas d’un mélasma difficile à soigner, une prise en charge professionnelle est primordiale. Seul un dermatologue pourra apprécier le degré de sensibilité et faire face à des réactions allergiques ou d’irritations de la peau. Ce dernier pourra alors nous orienter vers un peeling doux, de la mésothérapie associée à un micro-needling et à de la lumière LED rouge ou encore vers du laser. Quelle que soit la technique choisie, la dermatologue recommande d’y aller en douceur, de prendre son temps et de ne pas être trop agressif, au risque d’assister à un effet rebond (comprenez, repartir avec plus de taches qu’au départ). “J’aime beaucoup la technique du meso-peel. Je commence par un peeling très superficiel puis je passe au micro-needling qui permet d’injecter dans le derme superficiel un cocktail éclaircissant. Je poursuis avec la photothérapie qui consiste à passer une LED rouge sur le visage. Anti-inflammatoire, elle permet de limiter les rougeurs et de réduire la dilatation des vaisseaux. Enfin, je termine avec un enveloppement au rétinol et à la vitamine C”, décrit Zineb. Elle ajoute : “À l’inverse, je n’aime pas utiliser le laser sur le mélasma car en dépit de son action vasculaire, il chauffe la peau. Il doit donc être utilisé avec prudence pour ne pas provoquer des récidives


Et après ?

Une fois le bon traitement adopté et les taches brunes atténuées, il est important de garder en tête que l’hyperpigmentation est une pathologie chronique. “Éviter le soleil, la chaleur, les irritants et stopper la pilule contraceptive, c’est à vie à partir du moment où l’on a des taches. À plus forte raison quand on vient de faire un traitement”, souligne la docteure. L’écran total à SPF 50 sera alors votre meilleur allié tout au long de l’année. Pensez également à toujours avoir une crème éclaircissante que vous recommencerez à appliquer en été (le soir si cette dernière est photosensibilisante). Si vous avez souffert de taches brunes difficiles, vous pouvez également consulter dès le mois de mai votre dermatologue afin qu’il vous prescrive un traitement oral préventif. “J’encourage les personnes sujettes aux taches brunes à se diriger vers des soins anti-âge comme la mésothérapie, le PRP…tout ce qui stimule le collagène. En effet, plus on a de collagène dans la peau, plus notre teint sera clair, unifié et lumineux”, conclut la professionnelle.


Les bons produits contre les taches brunes:

En prévention ou lors de la récente apparition de taches brunes, vous pouvez également vous tourner vers des cosmétiques à effet exfoliant et éclaircissant disponibles en parapharmacie. On vous liste nos coups de cœur du moment :

Soin éclaircissant Aquax

Grâce à sa formule innovante enrichie en B-White, un peptide synthétique, cette crème éclaircissante réduit l’apparence de toutes sortes de taches brunes (mélasma, séquelles d’acné, taches solaires et lentigos). Également hydratante et nourrissante, elle ne dessèche pas la peau. Enfin, sa composition non irritante convient à tous les types d’épidermes et peut être utilisée matin et soir sans aucun risque. Une crème qui a fait ses preuves, recommandée par les dermatologues.

Prix : 275 DH, disponible en parapharmacie.


Sérum Pure Niacinamide 10, La Roche-Posay

Particulièrement efficace pour lutter contre les taches brunes causées par les micro-inflammations, la niacinamide, une forme de vitamine B3, est l’élément star de ce nouveau sérum. La Roche-Posay dévoile ici une formule puissante, concentrée à 10% de niacinamide pure, qui va à la fois réduire l’inflammation et diminuer l’hyperpigmentation. Adapté aux peaux sensibles, ce sérum permet dès la première semaine d’afficher un teint plus unifié et lumineux. 

Prix : 459 DH les 30 ml, disponible en parapharmacie.

Lire aussi : https://shoelifer.com/beaute/soins/egyptian-magic-creme-multifonction-formule/


Ligne Pigment Zéro – MartiDerm

Ampoules, sérum illuminateur, crème à SPF 50+, soin de jour, masque… C’est une gamme dépigmentante complète que dévoile le laboratoire espagnol MartiDerm avec Pigment Zéro. Parmi les actifs qui composent les différents produits, on retrouve le fameux acide tranexamique, de la génistéine, de l’acide kojique ou encore de la vitamine C, qui sont à la fois antioxydants et dépigmentants. À la clé, une peau hydratée, unifiée et éclatante.

Prix : à partir de 495 DH. Disponible en parapharmacie. 


Gamme Anti-Pigment d’Eucerin

Moins récente que ses prédécesseurs, la ligne Anti-Pigment d’Eucerin n’en est pas moins efficace. Composée d’un soin de jour, d’un soin de nuit, d’un sérum duo, d’un sérum éclat et d’un correcteur de taches, elle met à l’honneur le Thiamidol, un ingrédient breveté qui agit à la source de l’hyperpigmentation en réduisant la production de mélanine. Après le traitement, les taches brunes sont visiblement réduites et leur réapparition est limitée. Testé et approuvé !

Prix : à partir de 329 DH. Disponible en parapharmacie. 

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés