FILM ET SÉRIE ARABE : NOTRE TOP 5 À VOIR SUR NETFLIX

série arabe

En panne d’inspiration ? Vous avez visionné les dernières productions américaines, coréennes et espagnoles ? Notre proposition, très très décente : binge-watcher un film ou une série arabe sur Netflix. Depuis quelques temps, la plateforme se diversifie et rachète non seulement les droits de programmes orientaux mais se met aussi à en produire. Et ça cartonne. Voici notre top 5 pour crâner dans les dîners mondains !

Du mariage traditionnel à l’adultère, du patriarcat aux femmes indépendantes, du harcèlement à la trahison… Dernièrement, Netflix ose secouer le cocotier en produisant ou intégrant des productions, qui, du coup, ne sont pas passées inaperçues. Certaines d’entre elles ont même fait polémique. Et, à l’image de la série arabe Finding Ola ou du film Ashab Wala Aaz, il ne leur a fallu que quelques jours pour se classer en tête des programmes les plus visionnés de la plateforme dans le monde arabe. Alors, si ce n’est pas déjà fait, voici 5 séries, films ou émissions à regarder d’urgence. 

Petite astuce : si jamais vous ne les trouvez pas du premier coup, pensez à changer la langue en anglais dans vos préférences. Vous aurez ainsi accès à plus de contenu. 


La série arabe la plus Women Empowerment : Finding Ola

Cette minisérie égyptienne de 6 épisodes est la suite de I want to get married (Ayez Atgawez) sortie il y a 12 ans. On y retrouve le personnage de Ola Abd El Sabour (interprété par Hend Sabri) qui après avoir cherché désespérément à se faire passer la bague au doigt, est aujourd’hui mariée avec 2 enfants et une belle maison… Sauf qu’un soir Hicham, son cher et tendre, lui annonce qu’il veut divorcer. Ola, qui était devenue mère au foyer, voit son quotidien basculer. Tiraillée entre son nouveau projet professionnel, ses responsabilités familiales et ses envies d’indépendance, elle va devoir se (re)trouver et se réinventer. De prime abord légère, cette série arabe met en lumière les paradoxes de la société égyptienne, le regard sévère envers les femmes indépendantes, les rapports parents-enfants ou encore la crise de la quarantaine… 

Bande annonce : Finding Ola | Official Trailer | Netflix


Le film qui fait débat : Ashab Wala Aaz / On se connait… ou pas

Netflix frappe un grand coup avec sa première production arabe. Sorti en janvier dernier, ce remake du célèbre film italien Perfect Strangers (dont la version française Le Jeu a aussi rencontré un vif succès sur la plateforme), est réalisé par le Libanais Wissam Smayra. On se connait… ou pas met en scène des acteurs connus du Liban et d’Égypte : Nadine Labaki, Mona Zaki, Eyad Nassar, Georges Khabbaz et Fouad Yammine. Trois couples se retrouvent pour un dîner entre amis et se prêtent à un jeu : mettre leur téléphone portable sur la table et partager chaque appel ou message avec l’ensemble du groupe. Trahisons, tromperies et autres vérités cachées ne tardent pas à surgir… Si le film marche très fort, il n’est pas au goût de tout le monde. En cause, la liberté de ton sur des sujets comme l’homosexualité, les relations sexuelles avant le mariage ou l’adultère…

Bande annonce : Netflix | ‎أصحاب… ولا أعزّ | المقدمة الرسمية

VOIR AUSSI : 5 ACTRICES ARABES DONT LE LOOK NOUS INSPIRE


Le film le plus romantique : Arousty / My bride

Arousty est une comédie romantique égyptienne réalisée par Mohamed Bakir. En têtes d’affiche, Jamila Awad et Ahmed Hatem qui campent deux jeunes en quête de l’amour et du bon partenaire. Sur leur chemin, des péripéties qui les conduiront à se poser des questions sur le mariage traditionnel. Pas de grandes surprises dans ce film dont on voit assez vite où il veut en venir, mais un bon moment sans prise de tête. Parfait pour un dimanche après-midi ou une soirée sous la couette. 

Bande annonce : Arousty – Official Trailer | التريلر الرسمي لفيلم عروستي


Le show le plus intimiste : #ABTALKS

Ni film ni série arabe, #ABtalks est une célèbre émission YouTube créée en 2018 et désormais disponible sur Netflix. Dans son show hebdomadaire, l’entrepreneur émirati Anas Bukhash invite des célébrités, personnalités publiques et influenceurs à un tête-à-tête axé sur leur vie personnelle. Enfance, maternité, quête du bonheur, ou encore derniers souvenirs avec son père… Le but de l’interview est de “montrer l’humain derrière le titre”. Si l’émission sur YouTube compte plus de 100 épisodes, réalisés en plus de 4 ans (avec notamment l’actrice et mannequin égyptienne Tara Emad, l’entrepreneur américano-biélorusse Gary Lee ou encore le pilote de F1 néerlandais Max Verstappen). Netflix ne diffuse pour le moment que la saison 1 avec entre autres, la chanteuse yéménite Balqees Fathi, l’auteure et coach de vie Hala Kazim ou l’acteur saoudien Muhannad Al-Hamdi.


Et pour les retardataires : Al Rawabi School For Girls

Sortie le 12 août dernier, cette minisérie jordanienne de 6 épisodes a beaucoup fait parler d’elle. Le pitch ? Une ado harcelée par d’autres lycéennes dans un établissement prestigieux décide de s’unir à d’autres jeunes filles subissant le même sort pour se venger. Au fil des épisodes, on aime voir Mariam, l’héroïne, glisser lentement de la victime à la méchante, incapable de voir qu’elle est devenue ce qu’elle méprisait. Certains critiques ont salué l’audace de la réalisatrice Tima Shomali qui brise l’image idéale de la société jordanienne et soulève des sujets encore tabous. D’autres ont jugé cette série arabe et notamment l’image qu’elle donnait du royaume hachémite, immorale. Mais le programme a surtout le mérite d’aborder des questions telles que l’intimidation, le patriarcat et les violences faites aux femmes. 

Bande annonce : AlRawabi School for Girls | Official Trailer | Netflix

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés