NETFLIX & CO : LES NOUVELLES SÉRIES LES PLUS ATTENDUES DE L’AUTOMNE

netflix

Cet automne, plusieurs séries très attendues débarquent sur Netflix & Co. Alors que les journées raccourcissent et que les températures baissent doucement, voilà de quoi occuper soirées, week-ends et jours fériés. Mais on vous prévient, la programmation ne s’annonce pas de tout repos. 

Du retour de notre tueur en série préféré au débarquement des aliens en passant par un psy manipulateur, cet automne, il va falloir s’accrocher à son canapé. Car les séries les plus attendues sont plutôt noires et haletantes. Alors qui d’Invasion, Hellbound ou encore The Shrink Next Door succèdera à Squid Game, série événement qui caracole en tête des programmes les plus regardés sur Netflix dans près de 90 pays ? On prend les paris. 


Le retour le plus attendu : Dexter, new blood

Après huit ans d’absence et une fin de série qui a déçu de nombreux fans, Dexter revient sur nos écrans pour 10 épisodes. On retrouve notre psychopathe préféré vivant sous une nouvelle identité dans le nord de l’État de New York. Mais s’il se croyait immunisé contre ses pulsions meurtrières, un événement le ramène à son envie irrépressible de tuer. On retrouvera également son fils Harrisson, qui a bien grandi et surtout sa sœur Debra, plus manipulatrice que jamais. 

Sortie le 7 novembre sur Showtime


La nouvelle série sud-coréenne : Hellbound

Voici la nouveauté coréenne à ne pas manquer. Dans cette série fantastique les humains découvrent la possibilité d’anticiper leur propre mort alors que des anges surnaturels se chargent d’envoyer tous ceux qui utilisent ce don directement en enfer. Une mystérieuse bande religieuse profite alors du chaos pour partager l’idée que cela n’est que justice divine. Et gagner en influence… Poussés par leur méfiance, d’autres enquêtent plutôt sur l’origine réelle de ces créatures et sur ce groupe religieux. 

Sortie le 19 novembre sur Netflix


La plus addictive : Dopesick

Cette mini-série dramatique nous plonge à des kilomètres de l’univers féérique et feel good auquel nous a habitué la plateforme Disney+. Inspirée du best-seller de la journaliste Beth Macy, Dopesick porte un regard édifiant sur l’addiction aux opiacés aux États-Unis. Les huit épisodes explorent comment une compagnie pharmaceutique s’est retrouvée à l’origine d’une crise sanitaire, économique et sociale sans précédent et comment certains se sont soulevés pour y mettre un terme. Des proches de toxicomanes aux conseils d’administration des grandes entreprises pharmaceutiques en passant par l’enquête de la DEA (Drug Enforcement Administration), c’est l’incroyable histoire d’une drogue (légale) qui a détruit la vie de milliers d’Américains. 

Sortie le 12 novembre sur Disney+


Pour les fans de mangas : Cowboy Bebop

Deux ans après le lancement de sa production, la série Cowboy Bebop sort enfin. Pour ceux à qui ça ne dit rien, à la fin des années 90, ce manga a popularisé le genre à travers le monde, particulièrement aux États-Unis où il a rencontré un vif succès. Un western spatial, dans lequel on suit les aventures de trois chasseurs de primes (alias les cowboys) tentant de dépasser le passé. Dans cette version, on retrouve John Cho, Mustafa Shakir et Daniella Pineda dans la peau des personnages iconiques. Comme dans le manga, cet équipage un peu brouillon aura toutes les peines du monde à trouver des contrats bien rémunérés et à capturer les criminels du système solaire.

Sortie le 19 novembre sur Netflix


Une comédie noire : The Shrink Next Door

Loin de leur rôle potaches habituels, Paul Rudd et Will Ferrel nous surprennent dans cette mini-série inspirée du podcast éponyme créé par Joe Nocera. On y suit la vie du docteur Isaac, psychiatre de stars qui a la fâcheuse tendance de s’immiscer un peu trop dans la vie de ceux qu’il suit. Marty, nouveau patient et patron d’une industrie textile, en fait rapidement les frais. La dynamique docteur-patient se transforme alors en une relation abusive et dysfonctionnelle des plus savoureuses pour nous. 

Sortie le 12 novembre sur Apple TV

 

Photo (c) Andrew Yee.

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés