ON A TESTÉ CLUBHOUSE, LE NOUVEAU RÉSEAU SOCIAL QUI FAIT PARLER (DE LUI)

Shoelifer_Clubhouse

Nouvel arrivant dans l’univers des réseaux sociaux, Clubhouse est une application audio qui révolutionne notre manière de communiquer. Ici pas de likes, pas de partages, seulement des conversations instantanées qu’on peut à loisir rejoindre ou quitter. Explications et verdict.


Tenir salon”. Depuis que l’on a découvert l’application Clubhouse à la rédac, cette expression d’un autre temps nous trotte dans la tête. Qu’est-ce que cela veut dire ? D’après le Larousse, c’est  “réunir chez soi des personnes, en particulier du monde des arts et des lettres”, une expression utilisée aux XVIIe et XVIIIe siècles, quand des femmes “distinguées” recevaient des personnalités pour discuter de littérature, de philosophie, de politique…

Passons sur l’usage récent, plutôt péjoratif de cette expression: utiliser Clubhouse revient à peu près à tenir salon, en version 2.0. Avec les outils (et les contraintes) de l’époque. Sur la plateforme qui buzze actuellement, aucune image, seulement du son, à la manière d’un podcast ou d’une radio, sur laquelle tout le monde peut intervenir (s’il a quelque chose à dire).

Le réseau social offre aussi la possibilité de rejoindre des groupes, ou des communautés, en dépit de l’éloignement géographique. Surtout, c’est l’occasion de converser, à bâtons rompus, avec des amis ou des inconnus. Mais attention, n’entre pas qui veut dans Clubhouse. Il faut montrer patte (très) blanche. Vous souhaitez vous la jouer intellectuel de salon, version 21e siècle ? On vous dit comment.


Clubhouse : qu’est-ce que c’est ?

Réseau social uniquement basé sur l’audio, Clubhouse est une plateforme qui propose à ses utilisateurs de converser en direct. En créant des “rooms” de discussion, autour d’une thématique de leur choix, auxquelles ils invitent d’autres utilisateurs afin d’échanger avec eux. En live. Chaque “room” est animée par un modérateur qui distribue la parole et les utilisateurs peuvent demander à rejoindre la pièce, que ce soit pour écouter ou participer à la conversation. Une fois admis dans une salle de discussion, il est en effet possible de “lever la main” pour demanderà parler, et ainsi prendre part au débat. Vous avez toujours rêvé de discuter avec Michelle Obama, Jamel Debbouze ou Mark Zuckerberg ? Il se pourrait bien que votre rêve devienne réalité.

Shoelifer_clubhouse


Voir aussi : 24H SANS RÉSEAUX SOCIAUX ? 8 RÈGLES POUR RÉUSSIR SA DÉTOX


Comment on y accède ?

Considéré par certains comme un réseau social “hyper sélectif”  voire élitiste, il est vrai que Clubhouse ne s’ouvre que petit à petit aux internautes. Lancée en mars 2020 dans la Silicon Valley, l’appli est devenue accessible au grand public début 2021. Pour le moment, seuls les utilisateurs d’iPhone y ont accès et il faut se faire parrainer pour rejoindre la plateforme. Une fois coopté et inscrit, l’utilisateur reçoit deux invitations dont il peut faire bénéficier son entourage. Et ainsi de suite. Un système qui suscite la curiosité et qui a déjà permis à l’application de réunir 12 millions d’utilisateurs, 3 mois seulement après son lancement. Alors, qu’est-ce que vous attendez pour trouver votre sésame ?


Qu’est-ce qu’on y trouve ?

Déjà, une interface extrêmement sobre: et ça, ça nous change de la trinité Facebook-Twitter-Instagram. Chez Clubhouse, pas de fioritures : en un coup d’œil on a accès aux conversations en cours (que l’on peut rejoindre) et à celles qui sont planifiées et qui pourraient nous intéresser. À son inscription, l’utilisateur renseigne d’ailleurs ses préférences, au sein d’un large panel de sujets (Tech, Arts, Lieux, Sport, Bien-Être…), histoire d’être orienté plus facilement vers des groupes de conversations qui pourraient l’intéresser. Développement personnel, café philo, debrief de la Fashion Week ou coaching business ? Communauté de startuppers ou de yogis ? Club de langue pour pratiquer son japonais ou discussion autour des bitcoins ? La liste des thèmes évoqués est longue et ne cesse de s’accroitre chaque jour à mesure que les utilisateurs créent du contenu.


L’avis de Shoelifer ?

 À la rédac,’ on adore la simplicité d’utilisation de l’interface : on arrive à la prendre en main juste après l’avoir installée, et de façon très intuitive. On aime aussi la diversité des contenus proposés et la possibilité de converser avec des gens qui se trouvent à l’autre bout de la planète, et même des célébrités. Exit le règne de l’image (et de la publicité intempestive), sur Clubhouse c’est l’échange et le débat d’idées qui prennent le dessus. Et ça fait du bien. On peut écouter en voiture, en vélo, en marchant… On peut même, en devenant “speaker” sur un thème que l’on maîtrise, développer une audience. Les influenceurs “d’image” vont-ils être remplacés par ceux des “idées”?  Seul hic, l’impératif du live, qui nous oblige à nous connecter à des moments précis pour pouvoir rejoindre des conversations, et l’impossibilité de les réécouter ensuite.

Photo © DR

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés