TIKTOK: QUAND LE “WEIRD LOOK” DEVIENT HYPE

TIKTOK

Sur le réseau social TikTok, le weird girl look ou le style “fille bizarre” connaît une hype interplanétaire. Il s’impose même comme le nouveau “look signature” de nombreuses stars, dont Bella Hadid ou Doja Cat. Dubitatif (-ive) ? Shoelifer aussi ! Le point sur ce qui s’apparente plus à un phénomène qu’à une tendance mode.

Depuis la rentrée 2022, la weird girl aesthetic sature les Internets. En particulier le réseau social pour ados TikTok, où le hashtag #weirdgirl a dépassé les 150 millions de vidéos. En quoi consiste le style “fille bizarre” ?  À assembler des vêtements qui ne s’accordent pas du tout, et à s’en ficher royalement. Autrement dit : on mixe à outrance, mais sans chercher le match. Parmi les fashionistas les plus célèbres qui maîtrisent cet art à merveille: Gigi et Bella Hadid, ou encore la pop star Doja Cat. 

“Art” est ici à mettre entre guillemets, car il ne s’agit pas de suivre une tendance mode über pointue, mais tout simplement d’assumer le mauvais goût ou le too much : porter une mini-jupe en skaï sur un pantalon pattes d’éph, superposer un corset de princesse et un sous-pull bariolé en mousseline ou encore oser le combo t-shirt Mickey, bermuda fluo, mitaines en résilles et bonnet en laine crochetée. On sait, ça pique !

Lire aussi : https://shoelifer.com/mode/actu-mode/mode-automne-six-incontournables/


“It’s aesthetic”

Si vous avez plus de 25 ans et/ou si vous êtes complètement dépassés par cette nouvelle tendance qui consiste à nommer, voire psychanalyser, le moindre de nos faits et gestes (d’une simple émotion à un banal choix vestimentaire), voici un cours de rattrapage express  sur la genèse du weird look.

Let’s go back en 2010, sur la plateforme de microblogging Tumblr. Les internautes s’amusent à y publier en masse des compositions visuelles et des œuvres artistiques pour le moins douteuses, si ce n’est franchement moches. Le tout, avec des références aux années 1980/1990, au grunge, au mouvement Y2K, au sportswear (bref, une tendance très pop culture) avec en prime un twist d’inspiration japonaise. Abscons ? Oui, un peu.

Face à ce déferlement visuel ultra kitsch, les internautes commentent ironiquement : “it’s aesthetic” (c’est esthétique). Petit à petit ce phénomène a rattrapé la mode, et c’est ainsi que le style vestimentaire aesthetic est né. 

Lire aussi : https://shoelifer.com/mode/tendances-mode/shopping-pieces-adopter-tendance-y2k/


Big in Japan 

Au fil du temps, le courant aesthetic s’est décliné en sous-catégories : indie, futuriste, minimaliste Et récemment, the weird girl aesthetic.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce phénomène n’a pas été créé sur TikTok. Il trouve son origine dans les rues du quartier hype Harajuku, à Tokyo, au Japon, à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Un street style maximaliste, adulescent, underground, antifashion et décalé, qui fait la part belle à l’univers manga et à l’extravagance, largement mis en lumière par le célèbre magazine de mode japonais Fruits Magazine. Vingt ans plus tard, le voilà mainstream en Occident et présent sur tous nos feeds TikTok et Instagram. 


Le weird look a même inspiré Balenciaga pour sa collection automne/hiver 2022-2023, avec son son trash pouch (un sac à main à l’allure de sac poubelle) vendu 1400 euros en boutique. Mais là, Balenciaga est sans doute allée un chouia trop loin… Vous l’aurez compris, le weird look n’est qu’une passade, et pas du meilleur goût. Mais il fait échos aux aspirations des millenials : casser les codes, s’émanciper du regard des autres, sortir de l’ultra-sexualisation des corps et s’amuser. Après tout, ça ne peut pas faire de mal. Si?

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés