COACHING AU MAROC : LE VRAI DU FAUX AVEC LE DOCTEUR MARIA CHAOUI BOUNJOU

Shoelifer_coaching_au_maroc

Je peux pas, j’ai coaching.” En voilà une phrase que l’on entend de plus en plus souvent autour de nous. Coaching de vie, professionnel, sportif, en nutrition ou même coaching amoureux… Alors comme ça, on aurait besoin d’aide pour tout ? Bien sûr que non, et c’est pour rétablir la vérité sur le coaching au Maroc que nous avons interrogé Maria Chaoui Bounjou, médecin généraliste et coach certifiée.

La pandémie de Covid-19 a un impact “désastreux” sur la santé mentale, a confirmé une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à la fin de l’année 2020. Ce n’est pas un scoop, a-t-on envie de dire, car nous sommes tous affectés, à petite ou grande échelle par le virus : que ce soit au niveau sanitaire, économique et last but not least, social (confinement, couvre-feu, fermeture des frontières). Pourtant, on a jamais pris autant soin de nous, non ? Le bien-être est ainsi conjugué à toutes les sauces.  Le coaching au Maroc, notamment,  est en plein boom, à l’instar de ce qui se passe à l’étranger. Et les spécialistes en développement personnel ou professionnel, mais aussi les coachs sportifs, en nutrition, méditation, etc., sont désormais légion dans le royaume.

Un peu d’histoire : apparu dans le milieu des années 90 aux États-Unis et en Europe, le coaching a d’abord été conçu pour permettre à des dirigeants d’entreprises d’être plus performants et de donner le meilleur d’eux-mêmes, tant dans leur vie professionnelle que personnelle. Mais ses applications se sont très rapidement étendues à tous les individus et dans bien des domaines. Et aujourd’hui on confond souvent un coach avec un psychothérapeute, un conseiller ou un formateur… Médecin généraliste, Maria Chaoui Bounjou s’est intéressée au développement personnel. Elle a suivi une formation d’hypnose clinique et thérapeutique, appris la gestion du stress via l’association de médecine intégrative, et s’est passionnée pour le coaching, notamment à travers la Process Communication (une méthode utilisée par la NASA pour envoyer ses astronautes en orbite). Coach certifiée et diplômée, en constant apprentissage comme elle aime à le souligner, elle nous aide à mieux comprendre cette discipline, très répandue et finalement mal connue, mais surtout à prendre conscience de ses limites.

shoelifer_coaching_au_maroc

May Boutaleb, la coach minceur qui a le vent en poupe sur Instagram

Healthy food : on démêle le vrai du faux avec la diététicienne Myriam El Belghiti


Qu’est-ce que le coaching ? Et quel est son objectif ?

Le coaching fait partie des disciplines du développement personnel. Il permet de voir si l’on se connait bien, de comprendre la manière dont on perçoit les choses et d’analyser les relations toxiques que nous pouvons avoir avec notre environnement. Un coach vous accompagne afin que vous puissiez mieux vous connaitre et comprendre vos ressources comme vos limites. Le coaching permet à chacun de mieux analyser une situation et d’avoir une forme de libre arbitre, c’est-à-dire de ne pas être dans un schéma inconscient préétabli.

Sa finalité est d’élargir notre champ de conscience. C’est-à-dire de comprendre ce qui nous fait penser ou conclure telle chose, ressentir ou décider telle autre. Finalement, le coaching doit nous permettre d’aller à la rencontre de nous-même, comprendre le filtre à travers lequel nous voyons le monde et donc améliorer ensuite notre relationnel. C’est comme une mise à jour psychologique et émotionnelle pour arriver à la meilleure version de nous-même.


“On se découvre des ressources insoupçonnées. Des talents ou facultés qui étaient déjà en nous mais que l’on n’avait jamais été chercher”


Que voulez-vous dire par filtre ?

C’est le prisme à travers lequel nous voyons le monde. Quand on n’entretient pas ce filtre, on a tendance à faire les choses par routine ou par réflexe plus que par envie, sens ou conscience. Il faut donc l’entretenir comme un muscle pour recommencer à voir les choses avec curiosité, envie, et pleine conscience. Ainsi, on se voit sous un autre angle et on se découvre des ressources insoupçonnées. Des talents ou facultés qui étaient déjà en nous mais que l’on n’avait jamais été chercher. Comme des ressources situées dans un angle mort, et que l’on n’a pas voulu activer par crainte ou peur. Le coaching permet de faire sauter ces blocages pour nous donner une nouvelle perception.


Quand aller voir un coach ?

Le coaching est l’art d’aider une personne à trouver ses propres solutions” aurait dit Socrate. Je pense donc que c’est toujours le bon moment si on veut améliorer ses relations tant personnelles que professionnelles. Grâce à ses clés de lecture relationnelle, émotionnelle et psychologique, un coach peut accompagner un individu, une équipe ou même une structure afin qu’ils s’adaptent au mieux à une situation. Le coaching peut aider un individu à avoir une meilleure connaissance de soi, à mieux gérer ses émotions ou à sortir d’un problème récurrent. Dans le cadre professionnel, il peut aider à développer sa posture managériale, à mieux gérer les conflits, à prendre de la hauteur et du recul ou encore pour à gérer une nouvelle prise de fonction.


“ Comme il n’y a pas de contrôle sur l’appellation de coach, le terme a été quelque peu galvaudé”


À quoi doit-on l’explosion, ces dernières années, du coaching, notamment au Maroc ?

Il y a surtout eu un boom des coachs en nutrition et en sport. Certains allient les deux et se présentent comme des “coachs bien-être”. Ce qui n’est bien entendu, pas la même chose que le coaching en développement personnel ou professionnel. Comme il n’y a pas de contrôle sur l’appellation de coach, le terme a été quelque peu galvaudé. Cela a permis de populariser cette profession mais lui a aussi causé du tort.


Comment choisir le bon coach ? À quoi doit-on faire attention avant de le choisir ?

Même si le coaching au Maroc ne s’apparente pas à une spécialité médicale, il y a des règles, une déontologie, une éthique et des diplômes qualifiants. Pour trouver son coach au Maroc, on peut tout d’abord regarder s’il est référencé sur l’annuaire de l’International Coaching Federation Maroc. Ensuite, il ne faut pas hésiter à vérifier sa formation, ses diplômes ainsi que ses cadres de référence. Plus il en a, plus il bénéficiera de différentes clés de lecture pour mieux vous comprendre et vous accompagner. Et enfin, est-ce qu’il est supervisé et accompagné ? Un coach travaille sur “la matière relationnelle humaine délicate”, il est donc capital que lui-même puisse prendre du recul.

“Il ne faut pas oublier qu’un coach n’est ni un formateur –il n’est pas là pour transmettre son savoir– ni un thérapeute”


Quelles qualités doit avoir un coach ?

Un coach ne doit jamais imposer son cadre de référence et apporter de solutions préétablies. Il ne doit pas porter de jugement. Il ne faut pas oublier qu’un coach n’est ni un formateur –il n’est pas là pour transmettre son savoir– ni un thérapeute – il n’a pas vocation à guérir un symptôme ou une maladie. Un coach est un guide, non un conseiller. Il doit écouter avec une grande humilité, pour accompagner la personne à grandir et à se développer. Il n’y a pas de recette toute faite ou de miracle. Et c’est un vrai dialogue. Le coach aussi est en apprentissage perpétuel.


Un petit mot sur la situation inédite que nous rencontrons en ce moment?

Nous sommes des êtres de relation, il est évident que le confinement a eu des répercussions sur tout le monde. Certaines personnes ont profité de la Covid pour se recentrer sur elles-mêmes et se poser les bonnes questions pour avancer plus sereinement à l’avenir. D’autres, au contraire, se sentent dépassées par ces événements sur lesquels elles n’ont aucune prise. Le coaching aide à accepter le principe de réalité, avec ses avantages et ses inconvénients. On travaille alors sur le principe de l’action. Il suffit d’accomplir de petites choses pour se montrer qu’on peut avancer par soi-même. Il faut donner du sens à ce qu’on fait et le coaching peut aider. C’est un métier d’aide et d’accompagnement, et on en a tous besoin. Aujourd’hui, plus que jamais.

Photo(c) OYSTER Magazine.

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés