CAFTANS 2021 : POURQUOI ON AIME LA NOUVELLE COLLECTION MAISON SARA CHRAÏBI

Le 14 octobre, Sara Chraïbi a dévoilé sa nouvelle collection, baptisée “Songe initiatique”. Pour l’occasion, une exposition à la Villa des Arts de Casablanca, doublée d’un film diffusé sur Instagram le même jour, a présenté les nouvelles créations de la maison. Shoelifer y était et vous dit tout de cette ligne de robes et caftans 2021. 

Si l’industrie de la mode aime les shows, elle aime aussi les effets de surprise. Ces derniers mois nous l’auront une encore fois démontré, car, pandémie oblige, les maisons de couture ont dû (se) réinventer. Ou tout du moins, leur manière de présenter leurs collections au public. Certes, les catwalks linéaires et les défilés traditionnels en présentiel ont repris de plus belle, néanmoins l’innovation a plus que jamais sa place : jeu vidéo et défilé en réalité virtuelle chez Balenciaga, vidéo mi-clip mi-happening chez Lanvin (avec la chanteuse E.V.E en guest star), performance artistique filmée en temps réel chez Hermès, ou encore court-métrage onirique chez Dior pour la Haute Couture. Plus proche de nous, Maison Sara Chraïbi a elle aussi fait le pari de dévoiler sa nouvelle ligne de robes et de caftans 2021 pour le printemps-été à venir, simultanément irl (in real life) et virtuellement. Au programme ? Une exposition et un court-métrage (oui, les deux) pour présenter ses nouvelles créations. Au total, une vingtaine de silhouettes, qui sont autant de réinterprétations de nos traditions séculaires. Explications. 


Aux origines de « Songe initiatique » 

Conçue comme un hommage aux femmes du Maroc (de tout le Maroc), la nouvelle collection de Sara Chraïbi raconte une histoire de transmission. La transmission du savoir (c’est la mère de Sara Chraïbi qui lui a appris la couture) mais aussi, au sens plus large, celle des rites que l’on se transmet de mères en filles. Pour la créer, la designer s’est appuyée sur des images et émotions de son enfance – à mi-chemin entre le souvenir et le rêve – comme des silhouettes qui lui sont restées en mémoire. Sara Chraïbi a voulu les faire vivre à travers le temps, en insufflant un vent de modernité aux coupes et aux broderies. Une interprétation nouvelle et rafraichissante de tenues millénaires que l’on retrouve tantôt dans les allures proposées et tantôt dans les détails de passementeries et broderies remises au goût du jour.

caftans 2021

VOIR AUSSI : CAFTAN 2021 : PEUT-ON FAIRE CE QU’ON VEUT AVEC LA COUTURE TRADITIONNELLE ?


Une collection présentée en avant-première à la Villa des Arts de Casablanca…

C’est au premier étage de la Villa des Arts de Casablanca, que la presse a pu découvrir dès le 14 octobre la dernière ligne de robes et de caftans 2021 de Maison Sara Chraïbi. Car oui, il ne s’agit pas que de caftans, mais aussi de robes de cérémonie et évidemment de mariage. Composée d’une vingtaine de looks, elle a vocation à être encore étoffée en vue de sa présentation au Pavillon du Maroc dans le cadre de l’Exposition Universelle de Dubaï. Les tenues présentées étaient doublées de photographies des mêmes pièces (signées par la styliste et jeune photographe Sarah Nadjar), permettant au visiteur d’embrasser en un regard l’esprit du vêtement porté.  

caftans 2021

VOIR AUSSI : TENDANCE 2021 : MAIS OÙ VA LA MODE ?


…et mise en images dans un court-métrage

Pour marquer le coup, le film “Songe initiatique” (4’30’’) réalisé par la talentueuse Amira Azzouzi (à laquelle on doit notamment le clip de la chanson Niya de Manal) et capturé par Oussama Hedda, était projeté dans une salle de la Villa des Arts à 19h, et diffusé simultanément sur les réseaux sociaux. On y découvre, sur fond du somptueux décor du Palais Bahia de Marrakech, un ballet contemplatif entre 7 personnages de femmes, réunies là comme dans un gynécée orientalisant. On aime la beauté des différents tableaux qui se succèdent et qui mettent l’accent sur les étoffes et les détails des tenues, le tout porté par un casting des plus intéressants puisque la chanteuse Hindi Zahra et l’actrice Ouidad Elma sont à l’écran. La volonté de Sara Chraïbi ? Offrir un va et vient entre le passé et le futur, avec des tenues qui se font plus blanches et vaporeuses à la fin du film, comme “une initiation qui prendrait ses racines dans quelque chose de lointain, mais qui serait tournée vers l’avenir”.


“Porter quelque chose de culturel qui traverse les générations”

Pour donner naissance à ses robes et caftans 2021, Sara Chraïbi a souhaité travailler avec des matériaux anciens tels que la sfifa ou encore les perles de jouher. Côté matières, elle a spécifiquement eu recours au velours, à l’or – deux thèmes très orientaux – et aux tissages, à la manière d’un passé que l’on recompose indéfiniment. “C’est le tissage qui m’a donné le plus de fil à retordre, car les gestes n’étaient pas encore maitrisés et c’est donc en faisant qu’on découvre comment faire. C’est d’ailleurs ça la magie du travail artisanal” explique la créatrice. Elle a également beaucoup travaillé sur la perle, en référence aux grands plastrons perlés de Fès ou de Tétouan, portés traditionnellement par les mariées marocaines. Mais aussi sur l’habit traditionnel, avec notamment cette grande robe à manches courtes croisées avec une spirale sur le bas, une réinterprétation de la kesswa kebira (grande robe), un vêtement historique andalous de culture juive. “Je veux que les femmes qui mettent mes tenues puissent porter quelque chose de beau mais aussi quelque chose de culturel, qui traverse les générations.” Un pari qui semble réussi puisqu’avec ses capes en voile, ses robes de velours noirs ou rouge, ses plastrons XXL et ses broderies précieuses, la collection “Songe initiatique” nous fait déjà rêver, les yeux grands ouverts.

caftans 2021

Maison Sara Chraïbi
Les créations sont à découvrir dans le studio de Sara Chraïbi à Rabat.
Tél. : +212 6 23 89 57 75

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés