CAFTANS : SACHA BY SALIMA CHAIEB SUBLIME MANAL DANS NIYA

shoelifer_manal_niya_caftan

Hommage musical et stylistique aux chikhates, Niya, le dernier clip de Manal, casse la baraque sur YouTube. Composition entraînante, esthétisme néo-orientaliste, collab’ avec une jeune créatrice de caftans… Niya est à écouter (et regarder) en boucle ! On vous dit pourquoi.


4,8 millions. C’est le nombre de vues de Niya, le dernier clip de Manal Benchikhla sur YouTube. Et ce, en 3 jours seulement ! Une vidéo que Manal BK (ou simplement Manal) a coréalisé avec Amira Azzouzi et dans laquelle elle rend hommage aux artistes chikhates. L’hommage est musical mais aussi stylistique. Car au-delà des compositions rythmées et entraînantes au travers desquelles elle fait passer des messages féministes tantôt en darija, tantôt en français, ce qui fait aussi le succès de ses clips, c’est leur esthétisme. Dans chacune de ses vidéos, Manal joue les caméléons. On la ainsi découverte en Marie Antoinette dans 360, en pin-up dans Nah ou encore en modeuse des 80’s dans Slay.

Dans Niya, la jeune étoile montante de la musique marocaine, (elle a été propulsée sur les devants de la scène avec le single Denia, en 2015) porte les caftans rétro de Salima Chaieb. La jeune créatrice est passionnée d’histoire du costume et designer pour la marque de mode marocaine Sasha. Une collab’ au service du sujet de la chanson, l’univers fantasmé mais loin d’être rose des chikhates.


Le message : romanesque et engagé

Dans une vidéo qui a précédé la sortie du single, Manal explique que Niya narre l’histoire d’une chikha en mal d’amour. Elle attend que son bien-aimé fasse sa demande en mariage, en vain. Et c’est cette souffrance que raconte Manel, dans le clip tourné au sein d’un riad beldi. Ceci, sur des sonorités joyeuses, comme le font traditionnellement les chikhates, artistes combatives. La mise en scène des différents tableaux semble rendre hommage aux grands maîtres orientalistes mais aussi à des artistes plus contemporains comme Majida Khattari. Cette photographe et plasticienne représente ainsi dans ses œuvres de fausses odalisques, bien plus frondeuses que ne laissent le croire leurs postures alanguies.

Dans Niya, cette narration est également mise en avant à travers le lieu, les accessoires et les personnages : Manal et ses figurantes – qui sont, pour la petite histoire, ses amies dans la vie comme l’influenceuse marocaine Yasmina Olfi. Le clip met également à l’honneur la troupe de chikhates marrakchies Bnat lilich. Un joli moment à la fois musical et glam’.


La narration par l’esthétique : des tissages aux caftans

Et en parlant de glam’, nous vous avons déjà présenté la marque Sacha by Salima Chaieb. La créatrice réinvente le tissu marocain dans des créations contemporaines très justes. Elle alterne les pièces aux volumes adaptés au quotidien et d’autres, plus sophistiquées, pour des occasions spéciales. Contactée par Manal Benchlikha, la jeune créatrice a été investie du rôle d’experte de la mode traditionnelle marocaine afin de que les costumes renforcent l’esthétique et la narration du clip. Salima, nous explique-t-elle, a donc le entrepris des recherches autour de l’histoire des chikhates afin d’en délivrer une image juste et honnête. Elle réalise aussi son propre moodboard inspiré d’œuvres orientalistes comme la Jeune marocaine au perroquet de Charlet mais également d’images plus contemporaines, comme des photos de famille personnelles. Et la créatrice fait mouche avec ses costumes mixant vintage et créations originales. Le clip est juste. Des caftans aux turbans, des bijoux aux mdammates.

Manal arbore ainsi quatre tenues créées par Salima qui représentent différents moments de la vie de la chikha. Un sari prune, vêtement d’apparat tiré de la collection privée de Salima, est retravaillé et modernisé pour les scènes de danse. Une robe vintage en dentelle anglaise blanche virginale illustre les moments intimes. Elle porte aussi un melhef en jawhara jaune revisité en drapé, créé spécialement pour les besoins esthétiques et techniques du tournage, et un brocard rose dit Bencherif fini de sfifa makhzania. “Mon objectif principal était que les looks se fondent parfaitement dans le script. C’est pour cette raison que mixer des créations contemporaines avec des modèles vintage est une idée qui s’est imposée, comme une évidence” nous confie Salima. Pari réussi et très belle source d’inspiration pour nos futurs caftans !

Par Widad Anoua.

Photo (c) Amira Azzouzi.

Shoelifer Team

Professionnels de la mode et du luxe, ils sont journalistes, stylistes ou photographes et surtout aguerris de longue date à l’exercice du style et de la création. Ils ont participé à la genèse de ce site et collaborent au quotidien, avec fraîcheur et non sans esprit critique, à forger son caractère. Découvrez la petite famille de Shoelifer.

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés

@shoelifer

Instagram