VOYAGE : LE RÉVEIL DE NADOR l’ORIENTALE

Nador et notamment son nouvel hôtel 5 étoiles, le Marchica Lagoon Resort, est en passe de devenir le prochain hot spot du Royaume. Il fallait que l’on vous y emmène, que l’on vous raconte l’histoire d’un projet hors-norme, écolo et chic. Visite guidée de l’hôtel mais aussi de la région et de ses bons plans.

L’Oriental, magnifique région trop longtemps délaissée, voire “alanguie”, à l’image des belles odalisques dans les tableaux orientalistes, semble reprendre vie et s’animer. Sous l’impulsion de Mohammed VI, aménagements, investissements et stratégies économiques et écologiques visent à faire du nord-est en général, et en particulier de Nador, de ses plages, ses environs et sa lagune, a place to visit. Car la lagune de Marchica – classée Site d’intérêt biologique et écologique – est l’une des plus importantes du pourtour méditerranéen: 115 km2 de superficie, un cordon littoral de 25km de long. Un patrimoine naturel exceptionnel en train d’être réhabilité et mis en valeur, avec des projets comme le Marchica Lagoon Resort, dont la gestion a été confiée à La Mamounia en raison de son expérience et son expertise incontestées.

On loge où ?

Eh bien, au Marchica Lagoon Resort, qui ouvre ses portes le 15 juillet 2019. Plus qu’un hôtel, c’est la maison de plage dont vous avez toujours rêvé: lumineuse, spacieuse et confortable. Sur presque 4 hectares de terrain, la construction est entièrement tournée vers la mer et le phare (qui date du 19è siècle) la surplombant. D’ailleurs l’hôtel dispose (en plus de la piscine) d’une plage privée ainsi que d’un yacht club.

L’établissement possède 93 suites à la déco chic et épurée et un spa de 1650 m2 qui semble flotter sur la mer – on y retrouve d’ailleurs les produits marocMaroc ou Christophe Robin pour les soins des cheveux. Très chic aussi, le bar avec une hauteur sous plafond de plus de 15 mètres et le restaurant marocain, dont les mets sont inspirés de la région. À la carte de l’Orientin, entre autres : une pastilla traditionnelle aux poissons des côtes de Nador ou encore un tagine revisité avec langouste et petits légumes. Sont proposées également des assiettes à partager, comme le couscous aux trois poissons et légumes verts (les puristes pourront choisir entre trois autres couscous avec agneau, tfayia ou 7 légumes). En dessert, on hésitera entre la poire pochée au sirop d’épices et sorbet gingembre, le macaron à la rose et sorbet litchi ou bien encore la M’hancha à la figue et glace à l’amlou…
Prix : À partir de 1900 DH la nuit pour une chambre standard.
Réservation : informations@marchicaresort.com
www.marchicaresort.com
Cité d’Atalayoun, Nador
Tél. : +212 5 36 32 83 00

On fait quoi ?

On profite de la nature. La mer d’abord : si vous aimez la pêche, vous serez comme un poisson dans l’eau à Tibouda, village de pêcheurs sur le Cap des Trois Fourches. Si vous êtes amateur, vous en repartirez grand pro. Il faut y aller en voiture, le cap se trouve à un peu moins de 30km de Nador. Là-bas, pas de jeux aquatiques bruyants et polluants, on fait un tour en barque, on se baigne, on ramasse des coquillages…

Côté terre, on part à la découverte du mont Gourougou, qui domine le Rif avec ses 900 mètres d’altitude. On prévoit donc tenue de randonnée, sac à dos et casquette pour marcher dans la forêt qui tapisse ses flancs. L’espace naturel, déclaré depuis quelques années site d’intérêt biologique et écologique, n’est cependant pas balisé : il vaut mieux donc ne pas trop s’enfoncer et prévenir l’hôtel que l’on y va en balade.

On se baigne où ?

Les plages sont nombreuses autour de Nador. Petites criques peu connues ou plages s’étalant sur des centaines de mètres, il y a le choix. On vous conseille de visiter Cara Blanca, Tcharrana et la plage de Boukana. En revanche, pas un chirringuito ou un restaurant en vue pour déjeuner, prévoyez-donc un pique-nique et une paire de baskets afin d’accéder sans encombre aux criques.

On dine où ?

À 45 minutes du centre de Nador, au sein de l’enclave espagnole de Melilla. Et dans un restaurant atypique, celui de l’école hôtelière de la ville, qui forme bon nombre de chefs qui se font un nom par la suite en Espagne. Vous y dégusterez les créations des élèves de dernière année, servies par d’autres élèves, dans un cadre qui se confond parfaitement avec une grande table. L’avantage ? Le prix : 15 euros en moyenne pour le menu dégustation, juste de quoi couvrir les produits utilisés par les futurs chefs. Qui sait, peut-être découvrirez-vous un grand talent ?
Plaza Aljibes s/n, Melilla
Tél. : +34 952 69 03 78

On shoppe quoi ?

Nador est le fief de la vannerie. Les maâlmine proposent nattes ou couffins traditionnels et objets ou meubles plus modernes, parfaits pour décorer terrasses et jardins. À 30 minutes de Nador, à Beni Sidel, on fait de la poterie. Différente de celle de Safi ou encore d’Essaouira, elle se distingue par son façonnage, propre aux artisans de la région. Et si vous aussi avez cédé à la fureur des tapis tendance, adoptez un Beni Bouyahya, encore méconnu de la hype marocaine et internationale, avant que son prix ne flambe comme le Beni Ouarain.

Enfin, si vous allez dîner à Melilla, profitez-en pour faire une petite balade dans la ville, histoire de vous ouvrir l’appétit : vous pourrez shopper cadeaux et souvenirs au Marché artisanal de la promenade maritime Ciudad de Melilla.

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.