SHOPPING MODE AUTOMNE 2019 : DE LA PAILLETTE EN VEUX-TU, EN-VOILÀ !

Chanel, Balenciaga, Celine, Saint Laurent Paris, Balmain, Dior, Isabel Marant, Louis Vuitton… et on pourrait continuer longtemps. Car aucune maison n’a résisté à l’envie de mettre –beaucoup– de paillettes dans les collections de cet automne-hiver 2019-2020. On vous entend penser d’ici : en cette période de rentrée, vous avez d’autres priorités vestimentaires que d’investir sec dans une pièce si forte et si peu passe-partout. On est donc allées shopper dans des marques plus abordables. Et voilà notre brillante pêche du jour.

Les paillettes, ça évoque illico le disco, Diana Ross, le Studio 54… et la devise “à consommer avec modération”. Eh bien, plus vraiment. Cet automne 2019, l’abus

n’est pas dangereux pour le style. Chez Dior, les paillettes forment des motifs au bas d’une jupe midi. Balmain en agrémente ses denims pour faire du pantalon de cow-boy une pièce glamour. Céline recouvre un prince de galles de sequins translucides qui illuminent la laine et Balenciaga ose le tailleur top-pantalon 100% paillettes. Bref, la paillette est indéniablement au sommet de la tendance. On confirme, et on valide.

Pour vous inspirer, voici nos coups de cœur pailletés repérés sur les podiums de cet automne 2019. Et des pièces disponibles en boutiques, chez Zara, Uterqüe ou Maje, à prix raisonnables, pour vous inciter à mettre des paillettes dans votre dressing. Parions que vous allez dévaliser les rayons.

La paillette en superposition: 

À gauche Isabelle Marant.
À droite robe Zara, 999 DH.

Rehausser le denim:

À gauche, Balmain.
À droite, veste Maje, 3200 DH.

 

La paillette en motif: 

À gauche, Dior.
À droite, ensemble H&M, 990 DH.

Full Metal paillettes: 

À gauche, Balenciaga.
À droite, veste Uterqüe 2100 DH.

La paillette devient la matière:

À gauche, Celine.
À droite, robe Zara, 799 DH.

 

Farah Nadifi

C’est d’abord à une carrière d’avocate que Farah aspire, après avoir eu son bac à Marrakech. Rapidement, néanmoins, sa passion pour la mode la rattrape. Née à Paris où elle vit jusqu’à ses 14 ans, elle baigne dans ce milieu : sa mère fait carrière dans le retail de luxe. Après être passée chez YSL, Salvatore Ferragamo, Giorgio Armani ou encore Miu Miu, elle est approchée pour diriger le premier flagship de luxe à Casablanca : la boutique Fendi. Elle la dirige quatre ans avant de devenir acheteuse pour Gap et Banana Republic. Mais au bout de 10 ans de carrière dans le retail, elle se lance dans une nouvelle aventure en s’essayant à l’écriture. C’est avec Sofia Benbrahim qu’elle collabore d’abord, pour L’Officiel Maroc, puis Shoelifer, en tant que journaliste mode et lifestyle.

Pas Encore De Commentaires

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.