PORT DU MASQUE : 5 CONSEILS POUR ÉVITER LES (VILAINS) BOUTONS

shoelifer_masque_imperfections_boutons_acné

Il est sur notre nez toute la journée et nous mène parfois la vie dure… Oui, lui c’est le masque. S’il nous protège de la Covid, il est l’ennemi juré de notre épiderme et provoque (ou aggrave) l’apparition d’imperfections et autres désagréments cutanés. Comment faire pour sauver notre peau ? La dermatologue Kenza El Ghrari nous donne 5 conseils pour éviter de fleurir sous son masque. Pour lui comme pour elle.


Après Covid, confinement et déconfinement, un autre terme a fait son apparition dans notre vocabulaire ces dernières semaines : maskné. C’est que le port du masque met à rude épreuve notre peau au quotidien, et provoque parfois une avalanche de petits boutons d’acné, pas vraiment désirés… ni désirables. Pourquoi les imperfections se forment-elles et quels gestes sont à adopter pour stopper leur apparition ? Puisque ce n’est pas demain la veille que l’on pourra sortir démasqués, on a pris l’avis d’un pro pour combattre ses effets indésirables sur l’épiderme. Notre sauveuse ? Le Dr Kenza El Ghrari, la dermatologue et spécialiste des maladies de la peau en vogue à Casablanca.


Voir aussi : 5 adresses pour dénicher un masque 100% mode


Avec le masque, des boutons font leur apparition, why ?

Dr. Kenza El Ghrari : Les frottements répétés, l’ambiance humide, l’air que l’on expire chargé en C02 ou tout simplement l’augmentation la température … tout cela entraîne des changements mécaniques et des modifications du PH de la peau. Ceci aboutit in fine à un changement du microbiote (comprendre le micro-organisme) de l’épiderme et entraine un déséquilibre de la flore cutanée normale et une altération de la barrière cutanée.

Quelles sont les conséquences ?

Elles sont nombreuses. Le masque peut provoquer des rougeurs, des irritations, une sécheresse accrue, des tiraillements, une aggravation des comédons (points noirs) ou encore une apparition de boutons d’acné par augmentation de la production de sébum. On peut aussi observer des dermites séborrhéiques (phénomène de plaque rouge), ou encore des réactions inflammatoires comme les dermites irritatives…

Y-a-t-il des peaux plus impactées que d’autres ?

Les épidermes intolérants et réactifs, les peaux sujettes à l’eczéma, l’eczéma atopique, le psoriasis, les dermites séborrhéique sont certes, plus impactés. Mais pas que. Plus généralement, les peaux grasses et les peux sèches peuvent également voir leurs problèmes s’aggraver.

Les peaux mates sont-elles « immunisées » ?

Non, pas forcément. Les peaux mates sont réputées être plus solides, or elles plus de risque de développer ou d’aggraver des tâches d’hyperpigmentation à cause des frottements.

Quid des hommes ?

Les hommes peuvent aussi développer certains problèmes comme des folliculites de la barbe, une infection du poil et de sa racine, dûes notamment aux frottements répétés.


Quels gestes à adopter pour éviter ça ? 

  • Bien se laver le visage matin et soir avec des produits doux à Ph neutre, de préférence à rincer. Utiliser également une crème hydratante légère le matin car les produits trop gras peuvent aggraver la situation…
  • On ne le dira jamais assez, mais il est très important de s’hydrater. Il faut donc boire beaucoup d’eau tout au long de la journée et penser à rafraîchir la peau régulièrement avec une eau thermale.
  • Autre point essentiel : pas de maquillage ! Spécialement le fond de teint. Car sous le masque, l’effet occlusif est accentué.
  • Éviter les gommages et frottements pour les peaux sèches. Vous avez la peau grasse ? Faites éventuellement un gommage doux 1 fois par semaine maximum.
  • Quand aux hommes ; il est préférable de se raser la barbe si le port de masque est prolongé au quotidien.

Le tip en plus ?
Attention au lavage des masques en tissu : il faudrait utiliser un savon neutre non parfumé et ne surtout pas mettre de l’eau de javel !


Dans notre trousse de combat : 

Pour se nettoyer le visage : le gel moussant Sebiaclear de SVR

Pour nettoyer et purifier l’épiderme sans le dessécher on utilise ce nettoyant sans savon pour éliminer les impuretés et désincruster les pores tout en douceur. Effet peau de bébé assuré.

PRIX : 142,50 DH. 


Pour hydrater : le gel-crème soin Hydrabio de Bioderma

Grâce à un complexe biologique breveté Aquagenium® cette émulsion à la texture légère pénètre rapidement la peau et de manière ciblée en stimulant l’activité des aquaporines, les canaux naturels permettant l’écoulement de l’eau dans la peau. Magique.

PRIX : 222 DH.


Pour rafraîchir sa peau : le spray d’Eau Thermale Avène

Une icône à pschitter sans concession tout au long de la journée pour apaiser, adoucir, mais aussi envelopper la peau d’un doux film invisible anti-irritant.

PRIX : 150 DH.


Allo Doc’ ?

Spécialiste en maladies de la peau mais aussi du cuir chevelu, des ongles et des muqueuses, le docteur El Ghrari, c’est la dermatologue qui nous a été chaudement recommandée à la rédac’. Discrète et passionnée, cette diplômée en médecine générale de la fac de Casablanca mais également détentrice d’un DIU (diplôme interuniversitaire) en esthétique laser de l’Université de Besançon exerce d’abord aux hôpitaux de Casablanca avant d’ouvrir son cabinet il y a 6 ans. Depuis, elle enchaîne les consultations et intervient également en chirurgie dermatologique au laser. Enfin, elle propose aussi le  comblement à l’acide hyaluronique, la mésothérapie, peeling et micro needling.

Pour la contacter :
Cabinet du Dr. Kenza El Ghrari
175, rue Boukraa, (près de l’hôpital Moulay Youssef), Casablanca.
Tél. +212 522 474 713

 

Photo (c) Balint Barna.

Charlotte Cortes

Une fois son master de l’ESJ Paris en poche, c’est entre la capitale française et sa ville de cœur, Casablanca, que Charlotte fait ses premières armes. Quotidiens d’informations, radio, post-production télévisuelle… touche-à-tout, cette journaliste mue par le désir d’en apprendre toujours davantage rejoint diverses rédactions (Metro, Atlantic Radio…) avec le désir de se frotter à différents médias. C’est à son retour au Maroc en 2015, que le lifestyle s’impose à elle, tout naturellement. Une évidence qui la pousse à intégrer le lifeguide Madame Maroc, dont elle deviendra rédactrice en chef trois ans plus tard. Depuis, elle écume les belles adresses du royaume à la recherche constante de nouveaux labels et autres hot spots. Aujourd’hui, c’est à Shoelifer qu’elle prête sa plume et son enthousiasme pour gérer la programmation du webzine. Ne vous y trompez pas, sous ses airs affairés cette pétillante brunette ne rêve que de danses endiablées, de plages désertes et… de bons plans mode, évidemment.

Pas Encore De Commentaires

Les commentaires sont fermés

@shoelifer

Instagram